Back to top

Travaux d’été sur les routes départementales

La route indestructible n’a pas encore été inventée. Accaparés tout l’hiver par le salage, le déneigement et l’entretien de leur matériel, les agents des routes du conseil départemental sont passés aux travaux d’été. Entretenir les chaussées, veiller sur la sécurité, assurer la propreté des abords… pas de quoi chômer durant l’été !
5 Agences territoriales routières sont déployées dans le Haut-Rhin par le Conseil départemental. Elles assurent au quotidien l’entretien et à la maintenance des 2 561 km du réseau routier départemental et des 150 km de pistes cyclables. En 2018, 3M€ sont consacrés à ces missions.

Le gravillonnage ne sert qu’à faire relentir les automobilistes

L’objectif du gravillonnage est de reboucher les fissures provoquées par les intempéries de l’hiver. Cette technique prolonge de 10 ans environ la durée de vie d’une chaussée et elle est 5 fois moins onéreuse que la mise en œuvre d’un nouvel enrobé. Annoncé un mois avant son démarrage, le gravillonnage occasionne une gêne de 2 à 4 jours pendant lesquels l’automobiliste a un rôle à jouer : c’est lui en effet qui assure le compactage des gravillons dans l’émulsion collante et étanchéifiante. En respectant la limitation de vitesse indiquée (50 km/h), les gravillons ne sont pas projetés au-delà du pare-choc. L’opération se termine par un balayage des gravillons excédentaires.

 

Les patrouilleurs veillent toute l’année sur les routes départementales

Une patrouille de contrôle et de « primo-entretien » (colmatage de nids-de-poule, petite réparation sur panneau de signalisation…) inspecte les 2 460 km de routes bidirectionnelles départementales au minimum une fois par semaine. Les interventions plus importantes sont signalées et programmées. Les 101 km de 2x2 voies départementales sont, quant à elles, sillonnées toute la journée, six jours sur sept. Le fourgon de patrouille est aussi appelé à sécuriser les accidents ou encore à ramasser les objets tombés sur la chaussée.

 

Le fauchage tardif est dangereux car il réduit la visibilité

Depuis plusieurs années le conseil départemental a opté pour un fauchage différencié de ses accotements. Cela signifie que ses équipes fauchent avant l’été et à l’automne une largeur permettant d’assurer une bonne visibilité et donc la sécurité des usagers en cas d’écart de conduite. Ces coupes sont élargies aux intersections, dans les virages et les entrées d’agglomération. Au-delà de ces zones, la faucheuse n’intervient qu’à l’automne laissant aux plantes à fleurs le temps d’achever leur cycle végétatif et donc aux graines de tomber sur le sol.  Cette pratique crée de véritables corridors biologiques propices également aux insectes et aux petits mammifères.

 

Les déchets au bord des routes sont un vrai fléau

Les déchets au bord de routes départementales et sur les aires de repos se comptent chaque année en centaines de tonnes. Leur ramassage ne constitue pas la mission première du conseil départemental. Or, il occupe 11 personnes à temps plein, qui pourraient être affectées à d’autres missions. Faut-il rappeler qu’abandonner des déchets transportés en voiture est passible d’une contravention de 1 500 à 3 000 euros d’amende ?