Back to top

Sortie de crise "L'Alsace sera au rendez-vous"

Le Covid-19 a durement touché l’Alsace. 1475 décès dans le seul département du Haut-Rhin à l’heure où nous mettons sous presse, et de très nombreux malades, dont beaucoup portent encore des stigmates du virus.
Mais l’Alsace a traversé la tempête et les Alsaciens ont fait preuve d'un courage et de solidarités extraordinaires.
Brigitte Klinkert revient sur cette crise sanitaire historique.

Brigitte Klinkert
Brigitte Klinkert
est Présidente du Conseil départemental
du Haut-Rhin depuis 2017. Les grandes
priorités de son mandat comme l'union
des Départements du Haut-Rhin et
du Bas-Rhin au sein de la Collectivité
européenne d’Alsace, la coopération
transfrontalière, les politiques
de proximité et de solidarité ont trouvé
tout leur sens pendant la crise du
coronavirus.

Les Alsaciens ont eu à affronter une crise sans précédent. Qu’avez-vous envie de leur dire ?

L’Alsace a offert sous les larmes le visage d’une région humaine, courageuse et solidaire. J’éprouve pour chaque Alsacienne et chaque Alsacien une profonde admiration et une véritable gratitude.

Je voudrais tout particulièrement remercier ceux sans qui toute notre société se serait effondrée : les personnels soignants, caissières et caissiers, personnels routiers, éboueurs, entreprises de l’agroalimentaire, pompiers, policiers, gendarmes... tous ceux qui se sont mobilisés en première ligne.

Ils ont répondu présent et nous ne devons pas accepter qu’ils retombent dans un régime d’indifférence ou d’ingratitude. Cette crise nous a révélé la vraie valeur des choses, où doivent être notre admiration et nos priorités.

 

Quelle a été l'implication du Département pendant la crise sanitaire ?

2 à 3 semaines avant le reste de la France, la pandémie s'est abattue sur l'Alsace comme un véritable tsunami. Dès le début de la crise, la société alsacienne s'est mobilisée de façon incroyable dans toutes ses strates.

Je pense bien sûr aux personnels soignants mais aussi à tous ces salariés et chefs d'entreprises, agents de services publics qui ont lutté à mains nues : sans cette entraide rien n'eut été possible.

Avec l’ensemble des élus et collaborateurs du Département, que je remercie également pour leur mobilisation de tous les instants, nous avons prioritairement oeuvré pour qu'une grande chaîne sanitaire puisse rapidement se mettre en place avec comme impérieuse nécessité la protection des personnes les plus fragiles notamment dans les EHPAD, l'appui aux personnels soignants et la prise en charge des malades.

La pénurie d'équipements de protection était réelle et nous avons activé nos réseaux et nos personnels pour collecter et fournir des centaines de milliers de masques, de litres de gel... J’ai appelé nos voisins à l’aide en leur demandant la prise en charge de patients de réanimation.

200 patients ont ainsi été transférés vers le Bade-Wurtemberg et la Suisse mais aussi vers le Luxembourg, l’Autriche et d'autres régions de France. Notre reconnaissance est immense.
Nous avons aussi mobilisé les partenaires institutionnels régionaux et débloqué les moyens financiers nécessaires à la constitution de premiers plans d'urgence pour les secteurs économique et associatif.

L’Histoire de l’Alsace est faite de souffrances, de courage, de résilience et d’incroyables renaissances
Comment envisagez-vous l’après-crise ?

La crise sanitaire aura encore des conséquences sur le fonctionnement de notre société dans les mois et peut-être les années à venir et je voudrais tout d'abord dire à nos concitoyens combien ils peuvent compter sur l'engagement total de leurs élus et des services départementaux. Les chantiers sont nombreux.

Par exemple, dans l'immédiat, nous avons à travailler avec l'Education nationale pour préparer le retour de tous les élèves dans les collèges en septembre. Le défi économique et social est aussi immense.

Nous travaillons main dans la main avec les secteurs les plus touchés par la crise pour mettre en place des plans d'urgence adaptés comme par exemple pour tout le secteur du tourisme, le monde associatif... Ce sont des dizaines de milliers d'emplois qui sont en jeu.

Tous nos partenaires sont au rendez-vous : l’Agence Départementale d’Aménagement et d’Urbanisme (ADAUHR), l’Agence de Développement d’Alsace (ADIRA) et Alsace Destination Tourisme (ADT).

Malheureusement, beaucoup de nos citoyens sont aussi poussés dans la précarité et nous avons à renforcer nos politiques de solidarité et de retour vers l'emploi.

 


Pour faciliter l'approvisionnement des établissements du secteur sanitaire et social, le Département a
mis en place un drive en équipements de protection (masques, gel, blouses) dans le parking en sous-sol de
l'Hôtel du Département.

 

Pendant la crise, les solutions ont été le plus souvent trouvées dans la proximité. Quelle leçon en tirez-vous ?

En effet, les collectivités locales et les élus locaux ont fait face et empêché les digues de sauter en première ligne. Nous ne pourrons accepter une fois la crise totalement achevée un retour à un jacobinisme omnipotent et tutélaire.

L’action que nous avons menée au plus près des drames et réalités du terrain a posé la première pierre de ce que devra être un nouvel acte de la décentralisation.

Une décentralisation qui ne cherche pas à opposer les collectivités les unes avec les autres, qui brise les carcans inutiles, qui libère les énergies locales et choisit des niveaux d’action pertinents en terme de bassin de vie.

La crise que nous avons vécue a révélé l’échec du centralisme mais aussi des périmètres locaux bien trop vastes.

Nous avons fait la preuve de la pertinence de l’échelon alsacien pour protéger nos concitoyens
Vous faites allusion à l'avènement de la Collectivité européenne d’Alsace ?

Exactement. Nous avons la détermination chevillée au corps que cette Alsace qui va renaître le 1er janvier 2021 soit l’alliée de tous les Alsaciens pour se relever et écrire un futur qui conjugue audace et authenticité.

Indéniablement, cette Alsace ne pourra pas être telle que nous l’avions imaginée avant la crise.

Les mois difficiles que nous venons de traverser ont fait chaque jour la preuve de la pertinence de l’échelon alsacien pour protéger nos concitoyens, appréhender les enjeux et coopérer avec nos voisins allemands et suisses.

Nous n’accepterons pas de faire demain comme si de rien n’était. L’Alsace a su se tenir debout dans la tempête, unie et solidaire. Et c'est unie et solidaire qu'elle trouvera la force de se relever et de se réinventer.