Back to top

Pain d’épices - PLACE À LA FAMILLE !

Plus qu’une crèche, la Maison d’Accueil de Jour Pain d’Epices de l’Association Caroline Binder, entièrement financée par le Conseil départemental du Haut-Rhin, accueille les enfants de quelques mois à 5 ans, de Colmar et des environs, et leurs parents. Lieu d’accompagnement, de socialisation et de partage, Pain d’Epices fêtera d’ici quelques mois ses 10 ans.

2008 ouverture de la Maison d’accueil de jour

30 familles suivies au quotidien

200 enfants accompagnés depuis 2008

Logelbach, chemin des confins. C’est à l’écart du brouhaha urbain, dans un cadre convivial et serein, que la Maison d’accueil de jour Pain d’épices accueille du lundi au vendredi plus d’une vingtaine d’enfants, les « Pouss’Pousse » - âgés de moins de deux ans - et les « 123 Soleil » - âgés de moins de 5 ans - mais aussi leurs parents, car Pain d’Epices n’est pas une « crèche » ordinaire. Longuement mûrie et réfléchie et s’inscrivant pleinement dans les préconisations de la loi de 2007 en faveur des modes de prise en charge innovants, Pain d’épices propose, à titre préventif, un accompagnement à la parentalité aux familles présentant des fragilités sociales ou éducatives (isolement, carences éducatives, fragilité du lien) et, la plupart du temps, repérées par les Espaces Solidarité de proximité et notamment les puéricultrices de PMI (Protection Maternelle et Infantile). Une fois leur dossier accepté, les familles s’engagent alors à être actives, à participer aux animations proposées, les objectifs sont posés contractuellement (6 mois renouvelables) et une participation symbolique de 20 centimes à 3 euros la journée leur est demandée.

 

L’équipe de la Maison d’Accueil de Jour « Pain d’Epices »

 

Audrey Utz, psychologue, organise un temps d’échange avec toutes les familles.

 

80 % des familles ne font plus l’objet d’aucune mesure à la fin de leur engagement avec la Maison d’Accueil de Jour de l’Association Caroline Binder.

 

UNE ÉQUIPE PLURIELLE ET PLURIDISCIPLINAIRE

Psychologue, psychomotricienne, éducatrices de jeunes enfants et auxiliaires de puériculture…autant d’acteurs qui accueillent les familles, les accompagnent au quotidien et considèrent chaque parent comme partenaire pour faire de cet établissement un lieu d’échange, de partage et parfois d’orientation. « Tout se tricote dans l’intérêt de l’enfant grâce notamment à un véritable travail en réseau avec les Espaces Solidarité, les puéricultrices et nos différents partenaires : CAMSP, Psychiatrie Infanto Juvénile…» précisent Maryse Brebion, directrice du Pôle Petite Enfance et Christelle Lassiat, chef de service : « Nos missions de prévention précoce nous permettent d’accompagner les familles le plus en amont possible. Il est important de tisser une relation de confiance et de renforcer l’estime de soi tant du côté de l’enfant que du parent sans oublier de les orienter vers les ressources de leur environnement. »

SOCIALISATION ET PRÉPARATION À L’AUTONOMIE

« L’objectif est de rendre les parents acteurs et de les aider à trouver leurs propres ressources. Ils ont besoin d’être portés » confie Audrey Utz, psychologue à Pain d’Epices. « Ici, nous sortons des protocoles, nous communiquons beaucoup car chaque situation est différente.» Pour ce faire, différents ateliers sont proposés tout au long de l’année : café des parents, ateliers scrap booking ou gourmandises, véritables temps partagés parents-enfants ou encore séjours à la montagne. « On se sent valorisé, important… Cela m’a redonné confiance en moi, je pensais que je n’étais pas une bonne mère » témoigne Shamira, mère de 4 enfants dont 2 enfants ont été accueillis à Pain d’Epices et qui, aujourd’hui, grâce à l’association va de l’avant. Shamira a même créé une association venant en aide aux autres.

Des solutions sur mesure pour amener les parents vers l’autonomie et les aider à trouver leurs propres ressources.

132 ANS D’ENGAGEMENT

Près de 460 personnes sont accompagnées chaque année par l’Association Caroline Binder (et ses 200 salariés) qui oeuvre, depuis 1885, en faveur des personnes en situation de difficultés sociales, de handicap ou encore de risque d’exclusion. Certes, la société a évolué depuis mais la pauvreté et la précarité subsistent. L’association mène son action au sein de 11 établissements répartis en 4 pôles : accueil et loisirs, petite enfance (pouponnière, maison d’enfants, maison d’accueil de jour), handicap et insertion (centre maternel, logement, prévention et médiation énergétique). Située à Colmar, l’association a uni ses forces à celles de la Fondation Saint- Jean de Mulhouse.