Back to top

Mi-Mandat - 1000 jours pour l’avenir

Brigitte Klinkert
La formation de la jeunesse à la citoyenneté, une priorité du mandat. 
 
Les conseillers départementaux sont aujourd’hui à la moitié de leur mandat ; l’occasion de faire un point sur 1000 jours d’engagement. Parmi les actions phares : un programme d’investissement et d’actions de 500 M€ pour la réussite éducative des collégiens.

Il y a trois ans, la nouvelle configuration de l’Assemblée départementale ou conseil départemental, bouleversait les habitudes. Longtemps composée quasi exclusivement de conseillers départementaux, l’Assemblée haut-rhinoise fraîchement élue accueillait en son sein 17 conseillères départementales. Cette conséquence de la loi sur la parité homme/femme en politique fait désormais partie intégrante de notre paysage politique.
En 2017, les élections législatives imposaient un nouveau changement. Eric Straumann, Président du conseil départemental depuis deux ans, était réélu Député. En vertu de la loi sur le non-cumul des mandats exécutifs, il optait pour son mandat national et cédait par conséquent son siège de Président du conseil départemental. Brigitte Klinkert fut élue à l’unanimité à la présidence du conseil départemental du Haut-Rhin.
Poursuivant le travail entamé en 2015, et saluant notamment, la rigueur de la gestion budgétaire de son prédécesseur, Brigitte Klinkert rappelait ses priorités : l’emploi comme « exigence absolue », la réussite éducative, l’attention à porter aux personnes les plus fragiles, le retour à une représentation politique et administrative de l’Alsace ou encore l’intensification des partenariats transfrontaliers.

Pour l’avenir de l’Alsace 

Depuis trois ans, les élus départementaux n’ont eu de cesse de mobiliser la société civile et les élus locaux pour faire entendre la voix de l’Alsace. Début 2018, le Premier Ministre a confié au Préfet de Région une mission sur l’avenir institutionnel de l’Alsace. Dans le même temps plus de 500 élus alsaciens ont signé l’appel Cap vers l’Alsace et les deux Départements ont engagé une large campagne d’expression citoyenne pour l’Alsace, afin que chacun puisse donner son avis. Enrichi des contributions des Alsaciens, le projet porté par les deux Conseils départementaux du Haut-Rhin et du Bas-Rhin a été remis au préfet fin mai. Il doit permettre la renaissance d’une nouvelle collectivité pour l’Alsace qui disposerait d’un statut particulier, une Euro-collectivité avec de nouvelles compétences. A lire en pages centrales.

La fiscalité du Haut-Rhin se place parmi les  10 plus basses des départements de France.

Haut-rhin, bas-rhin : des rapprochements effectifs

L’économie et l’emploi, le tourisme et le Très Haut Débit sont autant de priorités pour lesquelles le Haut-Rhin et le Bas-Rhin travaillent main dans la main.  Ces trois dernières années les deux Départements ont ainsi porté ensemble la transformation de la Maison de l’Alsace à Paris, la création de l’Adira pour l’économie en Alsace et de l’ADT - Alsace Destination Tourisme -, réunion des deux agences touristiques départementales. Autres actions communes : le déploiement de l’internet en Très Haut Débit d’ici 2021 dans toutes les communes alsaciennes et le lancement fin 2018 d’une nouvelle stratégie pour le développement du Tourisme en Alsace.

Nous appelons le Gouvernement à faire de l’Alsace le territoire pilote de l’ambition franco-allemande et européenne, au cœur de l’espace rhénan et de l’Europe.

L’internet à Très Haut Débit

L’internet à Très Haut Débit dans toutes les communes d’Alsace d’ici 2021 ; le Conseil départemental du Haut-Rhin y consacre plus de 3 M €.

L’emploi, une priorité absolue

Le nombre d’allocataires RSA a baissé de 15 % en 2017, une première depuis cinq ans. Grâce à ses trois piliers - RSA et Bénévolat, RSA et Juste droit, RSA et Emploi -  la politique départementale du « Juste droit » porte ses fruits. Le renforcement des contrôles, les efforts conduits pour l’insertion, entre autres, permettent de faire baisser le nombre de foyers allocataires de 20 000 à 17 000.
Sur un tout autre plan, depuis trois ans, le Conseil départemental du Haut-Rhin priorise les investissements routiers permettant l’accès aux zones d’activités. Parmi eux, des projets phares comme la connexion à l’autoroute du futur site Euro3lys, entre Saint-Louis et Hésingue, à proximité de l’EuroAirport. Le projet de liaison ferroviaire Colmar- Freiburg participe à la même dynamique. Des milliers d’emplois sont en jeu.

Ouvriers Liebherr

Être aux côtés des plus fragiles

Le conseil départemental mobilise ses services pour permettre aux personnes fragilisées par l’âge ou le handicap de vivre dignement. Tout en poursuivant la création de places en maisons de retraite ou en établissements spécialisés, il a engagé début 2018 une large concertation des acteurs œuvrant dans ce domaine destiné à mettre en œuvre une politique d’offres de services innovants et des dispositifs alternatifs favorisant l’autonomie.

microcentrale hydroélectrique sur le canal du Rhône au Rhin

Vers un nouveau modèle de transition énergétique associant les diverses sources d’énergies renouvelables, parmi elles, les microcentrales hydroélectriques sur le canal du Rhône au Rhin.

En pointe dans le domaine du développement durable

Le conseil départemental s’est projeté dans l’après centrale de Fessenheim : des propositions très concrètes, issues des réflexions conduites avec les acteurs locaux et les partenaires allemands, ont été remises au Gouvernement en février 2017. L’ambition est de faire du Haut-Rhin le 1er département français à produire suffisamment d’énergie verte pour répondre à ses besoins. La reconversion des emplois, la transition et la sécurisation énergétique sont au centre de cette démarche.
Par ailleurs, le conseil départemental a multiplié les initiatives en matière de développement durable : soutien à la rénovation thermique de 550 à 800 logements sociaux par an jusqu’en 2020, au développement de méthaniseurs (production d’énergie à partir de biodéchets), à l’installation de microcentrales hydroélectriques, aux actions conduites dans les cantines des collèges pour favoriser le bio et les approvisionnements auprès des producteurs locaux (plateforme internet APRO).

A ce jour, le Haut-Rhin figure parmi les départements qui disposent de la fiscalité la moins élevée et qui emploient le moins de personnels.

Un engagement budgétaire fort
0 % d’augmentation de la fiscalité depuis 3 ans
Une baisse de 25 % de dette en 3 ans soit 100 M€
76 M€ d’investissement en 2017

portique sur autoroute

Sur les routes, objectif sécurité : interdiction aux poids lourds de doubler sur l’autoroute, maintien des portiques et demande d’expérimentation d’une Ecotaxe «  poids lourds en transit », sécurisation des zones accidentogènes, développement du réseau numérique Tetra de transmission des informations routières en temps réel.

500 millions d’euros pour la jeunesse

Votée en décembre dernier par le conseil départemental, la politique «Pour la Réussite Éducative de Tous» (P.R.E.T) insuffle une nouvelle dynamique en faveur de la jeunesse. En concertation avec tous les partenaires investis dans ce domaine et notamment l’Éducation nationale, tous les leviers sont activés : la culture, le bilinguisme, le sport, l’environnement, la santé... Le conseil départemental y consacrera 500 millions d’euros sur 10 ans. 150 millions de travaux sont également prévus sur 10 ans pour la rénovation et la modernisation des collèges et 10 millions d’euros sur cinq ans pour que tous les collégiens disposent des mêmes conditions numériques d’apprentissage : équipements renouvelés, connexion des collèges à l’internet à Très Haut Débit, équipement individuel des élèves. Les tablettes numériques ont été expérimentées dans trois collèges haut-rhinois. Leur déploiement progressif dans d’autres collèges est à l’étude.
L’éducation à la citoyenneté, valeur essentielle au bon fonctionnement de notre société, est un des leitmotivs de cette politique avec, en point d’orgue, la journée citoyenne dans les collèges. Au sein même du conseil départemental, cette valeur est soutenue avec l’accueil dès cette année de jeunes effectuant un service civique.
 
Collège Robert Schumann à Saint-Amarin
150 M€ de travaux sont programmés dans les collèges. Parmi les travaux les plus importants, le collège de Saint-Amarin (visuel), les collèges Mathias Grünewald de Guebwiller, Jacques Prévert de Wintzenheim. 
La gestion rigoureuse est l’un des marqueurs de la mandature. C’est le résultat d’un travail de fond et de responsabilité entre élus et administration.

« Tous les jours sur le terrain, au contact direct des Haut-Rhinois » 

La reconversion du bassin économique de la centrale de Fessenheim, la dépollution du site de Stocamine, la création d’une nouvelle collectivité territoriale pour l’Alsace, le projet de ligne ferroviaire entre Colmar et Freiburg... sont autant de grands dossiers que j’ai eu à cœur de défendre ces derniers mois avec mes collègues conseillères et conseillers départementaux dans la continuité des deux années de présidence d’Eric Straumann.
Rendez-vous à Paris à l’Elysée avec le Premier Ministre et les membres du Gouvernement, rapprochement avec Frédéric Bierry mon homologue bas-rhinois, rencontres avec nos voisins allemands ont permis de faire entendre notre voix et des avancées conséquentes ont eu lieu.
Les Haut-Rhinoises et les Haut-Rhinois peuvent compter sur notre engagement total pour continuer à défendre les intérêts de notre territoire.
Grâce à la mobilisation des 2 400 agents départementaux dans les territoires, nous poursuivrons ce travail en étant tous les jours sur le terrain, en soutenant les communes, les partenaires publics, les associations, si nombreuses et tellement actives, mais aussi au contact direct des Haut-Rhinoises et des Haut-Rhinois pour continuer à organiser un service public de proximité.

Brigitte Klinkert Présidente du Conseil départemental du Haut-Rhin

Brigitte Klinkert, Présidente du Conseil départemental du Haut-Rhin