Back to top

Incroyables jardiniers

collegien qui jardine

ncroyables jardiniers

Qu’ils soient familiaux, thérapeutiques, d’insertion ou partagés , les jardins sont des remèdes à l’exclusion sous toutes ses formes. Depuis 2012 le mouvement des « Incroyables comestibles » connaît en France un succès considérable. 400 villes et villages y participent dont Altkirch.

Les jardins sont de grands pédagogues. A la perte de repères, à l’échec scolaire, ils offrent une réponse humble mais sûre. Voilà longtemps que les équipes pédagogiques de la Section d’Enseignement Général et Professionnel Adapté (SEGPA) et de l’Unité Localisée pour l’Inclusion Scolaire (ULIS) du collège Lucien Herr d’Altkirch en sont convaincues. Le jardin pédagogique créé au sein de l’établissement dispense ses leçons depuis plus de 13 ans. Le travail de la terre est fait de contraintes. Il implique de se plier aux exigences de la nature, suppose attention, soin, travail régulier. Mais après avoir semé, planté, arrosé, biné et longtemps patienté, quel plaisir que le moment de la récolte et quel bonheur de voir au menu de la cantine ses propres radis et carottes. Travailler sur le vivant comporte une part d’incertitude, confronte à l’échec, mais aussi incite à faire preuve d’imagination et de créativité. Jardiner a offert à de nombreux jeunes les moyens de se redresser, de retrouver un sentiment d’orgueil et de fierté, d’autant plus vif, qu’ils ont pour la plupart été confrontés à des situations d’échec.

collegiens lucien herr
L’action des collégiens d’Altkirch a suscité de multiples vocations de jardinier parmi les habitants de la cité, nombreux à s’engager dans la démarche des «Incroyables comestibles».

La belle aventure des incroyables comestibles

Initié en Angleterre en 2008, le mouvement des incroyables comestibles a gagné la France au printemps 2012 et y a connu un succès considérable. Aujourd’hui, plus de 400 villes et villages ont adhéré à cette expérience communautaire qui consiste en la mise à disposition gratuite, dans des bacs et des petits potagers, de légumes cultivés par des jardiniers amateurs. A travers l’esprit fraternel et coopératif des jardins partagés, les Incroyables comestibles défendent l’idée d’une alimentation plus autonome, plus saine et plus durable qui privilégie les produits locaux plutôt que des productions lointaines dont le coût social et environnemental est souvent démesuré. Une démarche qui résolument se situe au cœur des grands débats actuels sur les limites de la croissance et la nécessité de ne pas compromettre les besoins des générations futures.


Des bacs à légumes à travers la ville où plantes aromatiques et salades sont en libre service.

Des potagers dans la ville

L’engagement de la cinquantaine d’élèves du collège d’Altkirch dans la démarche «Incroyables comestibles» s’est traduit par l’installation de plusieurs bacs à légumes en libre service à travers la ville. La rentabilité et la productivité de ces petits jardins urbains sont en réalité bien secondaires au regard du formidable bénéfice humain qu’ils ont généré. «Ce travail a été envisagé comme un moyen pour nos élèves de retrouver une place au sein de l’école et plus généralement de la société. Et c’est une condition préalable à la réalisation de soi. Ce projet leur a permis de reprendre confiance et de développer une autre image d’eux-mêmes.» Les jardins partagés ont également cette étonnante capacité à recréer du lien entre les citoyens. Une fois installés, les bacs à légumes sont arrosés, binés, entretenus par les riverains. A vrai dire, les «Incroyables comestibles» devraient pouvoir trouver leur place dans toutes nos écoles. Car à l’heure où les savoirs se compartimentent, sans plus guère de lien entre eux, cette démarche nous remet en contact avec la belle et foisonnante  complexité du monde. 

grainotheque
Tout le monde joue le jeu! Devant la librairie «Mille Feuilles», une grainothèque où les jardiniers amateurs viennent troquer leurs semences.

Plus d’informations sur : altkirch.lesincroyablescomestibles.fr

Sabine Drexler

Conseillère départementale du canton d’Altkirch

sabine drexler

Je connais bien les jeunes élèves de la SEGPA et de l’ULIS d’Altkirch. Je connais bien aussi l’inventivité des professeurs qui les accompagnent et leur passion pour ce beau métier d’enseignant spécialisé. Ces femmes et ces hommes ne sont pas là par hasard. Ils sont de ceux qui croient que chacun de leurs élèves est capable de réussir et savent que cette croyance, inscrite dans le regard qu’ils porteront sur lui, le fera grandir. Le fait qu’ils se lancent dans l’horticulture n’est sûrement pas un hasard non plus.
J’imagine bien l’ULIS comme une serre, une bulle, un lieu idéal pour prendre racine en prenant son temps sous le regard bienveillant de ces enseignants qui ont bien compris qu’« à force de se planter, un beau jour on devient une fleur ». En permettant à leurs élèves de se planter autant de fois qu’il le faudra sans risque d’être piétinés, ces enseignants sont à mes yeux les plus doués des jardiniers.