Back to top

HWK, la mangeuse d’hommes - Des tranchées à l’historial

Quelques mois après son ouverture, l’Historial franco-allemand du Hartmannswillerkopf (HWK) fait l’unanimité auprès du public. Le pari de créer un outil à la fois historique mémoriel et pédagogique est pleinement réussi.

Lorsque le 3 août 1914 l’Allemagne déclare la guerre à la France, elle compte, depuis 1871, dans son territoire l’Alsace et la Moselle. Moins d’un demi-siècle d’annexion n’a toutefois pas réussi à effacer l’attachement de nombreux Alsaciens à leur identité française, entretenu par le fait que la région n’a jamais été traitée sur un pied d’égalité avec les autres états constitutifs de l’empire. Il n’empêche que la guerre sera pour l’Alsace un déchirement. D’autant plus que très rapidement s’engagent sur notre territoire des combats meurtriers. Le plan français prévoit de progresser, depuis Belfort, sur Neuf-Brisach et le Rhin en prenant Mulhouse et Colmar au passage avant de remonter sur Strasbourg. L’avance française est rapide et bientôt Colmar est à portée de canons. Mais la riposte allemande va pousser au repli. Le front dès lors va se fixer sur une ligne Pfetterhouse- Altkirch-Thann-Hartmannswillerkopf- Munster-Collet du Linge-Col du Bonhomme. 91 communes des cantons de Thann, de Masevaux et de Dannemarie vont rester sous administration française jusqu’à la fin de la guerre pendant que l’agressivité des deux belligérants se reporte sur le massif des Vosges où une terrible guerre de position, jalonnée d’affrontements d’une extrême violence va s’engager.

« Qui tient les hauts, tient les bas ». En vertu de ce principe incontournable de l’art militaire, le Hartmannswillerkopf (HWK) ne pouvait que devenir un sommet convoité. Surplombant la partie sud de la plaine d’Alsace, offrant sur celle-ci la vue la plus exceptionnelle qui soit, le HWK a été l’un des principaux enjeux des combats de la première guerre mondiale. Jamais les combats n’y cessèrent jusqu’en novembre 1918.

OUBLIER, C’EST SE CONDAMNER
À REVIVRE LE PASSÉ

Le HWK accueille, chaque année, 250 000 visiteurs. Nous nous devions de leur offrir toutes les clés de compréhension de l’une des batailles les plus violentes et les plus voraces en vies humaines du premier conflit mondial.

Après le travail de restauration du monument national conduit entre 2009 et 2013, ainsi que la création d’un parcours scénographié du champ de bataille de 4,5 km de long, c’est la construction du premier Historial franco-allemand de la grande guerre qui a été initiée et dont la première pierre a été posée le 3 août 2014 par les Présidents de la République française et de la République fédérale d’Allemagne, un siècle, jour pour jour, après le déclenchement de la première guerre. Et c’est à nouveau 3 ans, jour pour jour, après ce geste symbolique que le mémorial a ouvert ses portes au public.

Sous des déluges de feu, 150 000 soldats ont enduré ici le froid, la boue, la neige, les privations de nourriture.

L’Historial franco-allemand est né de la volonté de créer un outil à la fois historique, mémoriel, pédagogique et secondairement touristique mais aussi pour consolider la paix et l’amitié franco-allemande, socle d’une construction européenne durable. Ce mémorial a pour ambition d’offrir au visiteur une vision globale et de replacer la bataille du HWK dans le contexte plus général de la grande guerre. C’est avec la projection d’un film d’introduction bilingue sur les origines du premier conflit mondial que le visiteur débute la visite. Il rejoint ensuite un espace où est présentée la terre de bataille que fut l’Alsace, son environnement et ses contraintes géographiques. Le visiteur poursuit ensuite son voyage historique au coeur des combats de 1915 pour découvrir la terrible violence de la guerre de position dans la montagne vosgienne. La visite se termine dans un espace dédié à la construction de la mémoire du HWK et de la grande guerre. Afin que jamais les jeunes générations n’oublient et ne soient condamnées à revivre le sacrifice de leurs aînés. 

PARLER À TOUS,
ÉMOUVOIR CHACUN

Ce n’est pas par hasard si l’Historial franco-allemand du HWK, première institution bilatérale sur la grande guerre, a une forme d’oeil. Ses concepteurs ont voulu nous dire par là que pour ne pas avoir à revivre les erreurs du passé, il nous faut garder les yeux grands ouverts sur les leçons de l’histoire. Véritable lieu de mémoire et de pédagogie, servi par une très belle scénographie et de riches outils graphiques et audiovisuels, l’Historial offre aux visiteurs, tout en laissant au HWK une place centrale, une vision globale du premier conflit mondial. Un lieu nourri du passé mais résolument contemporain et entièrement tourné vers l’avenir.

 

 

C’est dès 1921 que le HWK est classé monument national. Aussitôt après la guerre, plusieurs comités voient le jour pour la création d’un Monument national dont l’inauguration a lieu en 1932. Le HWK est avec Douaumont, Dormans et Notre-Dame-de-Lorette, un des quatre monuments nationaux français de la première guerre mondiale.

 

90 km de tranchées ont été creusées au Hartmannswillerkopf ainsi que quelque 6 000 abris, casemates et galeries diverses. Nul autre sommet vosgien n’a subi d’aussi violents et intenses pilonnages. 250 000 obus tirés par l’artillerie française pour la seule journée du 21 décembre 1915 et un nombre de morts malheureusement proportionnel à ces chiffres de démesure : 30 000 dans les deux camps.

 

C’est dès 1921 que le HWK est classé monument national. Aussitôt après la guerre, plusieurs comités voient le jour pour la création d’un Monument national dont l’inauguration a lieu en 1932. Le HWK est avec Douaumont, Dormans et Notre-Dame-de-Lorette, un des quatre monuments nationaux français de la première guerre mondiale.

90 km de tranchées ont été creusées au Hartmannswillerkopf ainsi que quelque 6 000 abris, casemates et galeries diverses. Nul autre sommet vosgien n’a subi d’aussi violents et intenses pilonnages. 250 000 obus tirés par l’artillerie française pour la seule journée du 21 décembre 1915 et un nombre de morts malheureusement proportionnel à ces chiffres de démesure : 30 000 dans les deux camps.

ACCÈS, HORAIRES, VISITES GUIDÉES :

www.memorial-hwk.eu - contact@memorial-hwk.eu

Fermé jusqu’au 30 mars (la route n’étant pas accessible aux voitures en hiver).