Back to top

Euro3lys : VENT NOUVEAU SUR LES 3 FRONTIÈRES

En rose, la voie ferrée Strasbourg-Bâle, en orange l’autoroute A35, entre les deux, face à l’ EuroAirport, se dessine le futur Euro3lys traversé par la route départementale 105, en violet.

Le nouvel ensemble de quartiers Euro3lys se déploiera sur plus de 100 hectares dont plus de 30 hectares d’espaces paysagers.

Il permettra la création de quelques milliers d’emplois.
Situé sur les bans d’Hésingue et de Saint-Louis, l’un des plus importants projets d’aménagement urbain de l’agglomération trinationale de Bâle est français. Découvrons-le.

Sortons de l’autoroute A35, juste après l’EuroAirport, direction Saint- Louis. A gauche de la départementale, le Technoport, une friche industrielle enfouie sous la végétation, inaccessible au public. A droite, un vaste espace retourné au printemps dernier pour des fouilles archéologiques. Maintenant, imaginez : à gauche, un espace de commerces et de loisirs haut de gamme et design, une zone d’activités regroupant des
entreprises innovantes et un golf. A droite, le quartier résidentiel du Lys avec son campus, son centre de recherche et développement, ses logements, sa résidence hôtelière, le tout dans un vaste espace paysager facilement accessible à vélo, en voiture, en tram. Vous avez sous les yeux le projet Euro3lys, juste en face de l’aéroport, à deux pas de Bâle et tout proche de l’Allemagne.

Alain Girny, Président de Saint-Louis Agglomération qui porte le projet*, en est convaincu : « Attirer sur le site d’Euro3lys des étudiants, des chercheurs, des entrepreneurs, c’est attirer de nouveaux talents porteurs de développement économique et donc d’emploi. Par conséquent, c’est améliorer en profondeur la qualité de vie dans cette partie française de l’agglomération trinationale de Bâle. »

* avec le Syndicat d’Aménagement du Technoport et le soutien du Conseil départemental du Haut-Rhin.

Aménagements paysagers et mobilités douces, deux points forts du projet Euro3lys

Une esquisse de ce que pourrait être le futur centre de commerces et de loisirs. Le sport y trouvera sa place en intérieur comme en extérieur.

Aujourd’hui la gare de Saint-Louis, demain Euro3lys puis l’EuroAirport : le Tram 3 a encore de beaux projets devant lui

UN PREMIER INVESTISSEUR DE PREMIER PLAN

C’est à Hésingue, sur la friche du Technoport, que les premières pierres du projet Euro3lys seront posées ; précisément celles de l’espace de commerces et de loisirs porté par la société Unibail- Rodamco, premier groupe européen coté d’immobilier commercial. « Notre ambition est de créer un véritable espace vivant où toutes les nationalités présentes sur le territoire trinational pourront se rencontrer », explique Christophe Noël, directeur du projet chez Unibail. « Faire des courses bien sûr, mais aussi déjeuner ou dîner dans des restaurants de qualité, aller au cinéma, faire du sport, sortir entre amis et même… apprendre des langues ! » Les meilleures enseignes françaises, allemandes et suisses devraient y côtoyer des offres plus locales, notamment en matière de gastronomie « car pour être qualitatif en ce domaine, travailler avec les acteurs locaux est incontournable ! »

ACCÈS PERFORMANTS :
LA CONDITION SINE QUA NON

Des accès facilités pour les voitures, les vélos et les piétons conditionnent la réussite du projet Euro3lys. Chaque niveau de collectivité a prévu d’y apporter sa part : Saint-Louis agglomération avec la réorganisation de son réseau de bus et la création de voies de circulation douce (piéton, vélo…) ; le Conseil départemental du Haut-Rhin (avec l’Etat) en réaménageant la route départementale 105, les échangeurs autoroutiers de Blotzheim-EuroAirport et de Saint-Louis ainsi que la portion autoroutière entre ces deux échangeurs. Quant à la ligne 3 du tram bâlois, elle reliera dans quelques jours le centre de Bâle à la gare de Saint-Louis, mettant le futur quartier du Lys à ¼ d’heure du coeur de l’agglomération trinationale. Ce tronçon transfrontalier est un premier pas de cette ligne vers l’EuroAirport qui en deviendra le terminus à l’horizon 2030. Au passage, elle desservira l’ensemble d’Euro3lys.

Transformer une friche en un nouvel ensemble de quartiers et d’espaces naturels, vivants et innovants : telle est l’ambition d’Euro3lys.

Pascale Schmidiger

Conseillère départementale du canton de Saint-Louis.
Egalement Vice-Présidente du Conseil départemental du Haut-Rhin et Vice-Présidente rapporteure de la commission actions, relations internationales et promotion du bilinguisme

C’est peu dire que le réseau routier du secteur de Saint-Louis n’est plus dimensionné pour le trafic actuel, particulièrement aux heures de pointe. En témoigne régulièrement la file de camions arrêtés sur l’autoroute à l’approche de la douane franco-suisse ou la remontée de véhicules sur la bretelle de sortie de l’échangeur de Saint-Louis. Pour y remédier, le Conseil départemental du Haut-Rhin a prévu de réaménager sa route départementale 105 ainsi que les échangeurs autoroutiers pour lesquels l’Etat lui déléguera la maîtrise d’ouvrage. Dans ce secteur en pleine mutation, les aménagements doivent impérativement tenir compte des évolutions à plus ou moins longue échéance : croissance naturelle du trafic autour de l’agglomération bâloise, augmentation du trafic passager de l’EuroAirport, desserte d’Euro3lys. Le public pourra prendre connaissance du projet routier et donner son avis à l’occasion de la concertation publique qui se déroulera à Saint-Louis et à Hésingue début 2018.

PLUS D’INFORMATIONS SUR

www.euro3lys.fr