Back to top

Budget départemental : investir pour l’avenir

College Bel Air à Mulhouse

Dans les prochaines années, le Département prévoit un programme ambitieux d’investissements dans les collèges. En 2017, 7,3 M€ y seront consacrés.
En 2017 le Département prévoit de consacrer 450 M€ pour les services aux habitants et 84,3 M€ à des investissements d’avenir. Le budget total s’élève à 746,7 M€ avec 0 % d’augmentation d’impôt.
«Confiance et ambition»: cette année encore, le Conseil départemental du Haut-Rhin démontre sa capacité à maintenir un haut niveau de service et à initier des projets dans un contexte budgétaire marqué par un désengagement important de l’Etat.

 

Ces deux dernières années, la dette départementale a diminué de près de 100 M€. En 2017, le Département continue à maîtriser sa dette tout en poursuivant ses investissements d’avenir. Il prévoit ainsi de profiter des taux particulièrement faibles pour recourir à un emprunt raisonnable de 47 M€ au maximum. Actif sur ses cœurs de compétences, le Département prévoit d’investir 7,3 M€ dans la modernisation des collèges. En matière d’environnement, ses priorités portent sur la maintenance des barrages, l’entretien et l’aménagement des cours d’eau. Il continue également d’entretenir, de sécuriser les routes et d’aménager les accès aux zones économiques. Dans les territoires, il initie une nouvelle politique d’accompagnement des communes et des partenaires locaux à travers la création d’un fonds d’investissement cantonal et un soutien en ingeniérie par le biais notamment de ses satellites (ADAUHR, ADT, ADIRA, ADIL...)
Ce budget est un acte de confiance d’un Département, aux fondations toujours solides, qui s’appuie sur un volontarisme politique sans failles, des équilibres financiers préservés et une réelle capacité d’adaptation de ses personnels. Il démontre aussi l’ambition de poursuivre des politiques innovantes et utiles au
quotidien des Haut-Rhinois.

En 2017, les investissements prioritaires concerneront les collèges, les routes et le Très Haut Débit avec le déploiement de 180 000 prises d’ici 2022.
 

85 M€ d’euros seront consacrés à l’enfance et aux familles.

A travers un nouveau schéma d’enseignement artistique, le Département s’engage pour une culture génératrice de liens sociaux.

Gestion rigoureuse, charges en baisse

Les charges de structure du Conseil départemental ont baissé de 8 % entre les budgets prévisionnels 2015 et 2017. Parmi ces diminutions, les dépenses de personnel ont baissé de 0,8 % en 2016 contre une augmentation de 1,4 % à l’échelle des départements français. Le renforcement des contrôles pour un « juste droit » au rSa, l’engagement de la démarche « rSa et bénévolat » et les actions pour l’insertion et l’emploi* ont permis de diminuer de 6,8 % le nombre des foyers allocataires et par conséquent les charges relatives à ce poste. En 2017, le Conseil départemental poursuit cet effort malgré de nouvelles charges décidées unilatéralement par l’Etat. Cette maîtrise des coûts est aussi le fruit d’une modernisation des pratiques et des outils : numérisation des documents et baisse des frais d’impression, dématérialisation de la comptabilité, digitalisation de la communication, diminution du parc de véhicules…
*en 2015 et 2016, 2 737 allocataires ont retrouvé un emploi grâce au Département.

 

Un Département mobilisé pour les plus fragiles

Le Département reste mobilisé aux côtés des personnes les plus fragiles que ce soit en direction des allocataires du rSa, des familles (protection maternelle et infantile, soutien aux familles en difficulté financière…) et de l’enfance en danger, des personnes en situation de handicap (politique d’hébergement et d’insertion sociale, prestation de compensation du handicap…) ou encore des personnes âgées (création et gestion de maisons de retraite, politique de maintien à domicile, Allocation Personnalisée d’Autonomie…). Les dépenses prévisionnelles en faveur de ces publics, en hausse de 4,5 M€, sont estimées à 381,46 M€ pour 2017. Les politiques sociales et les modes d’intervention continuent d’être adaptés pour préserver un bon niveau de prestation tout en limitant les coûts.

Pas d’augmentation de l’impôt en 2017

La taxe foncière sur les propriétés bâties est le seul impôt pour lequel le Département peut fixer le taux. Le Haut-Rhin est en 8ème position des taux les plus bas de France et en 1ère position dans le Grand Est. Cette fiscalité compétitive participe directement au dynamisme du territoire. Aussi, pour consolider son attractivité auprès des investisseurs et pour préserver le pouvoir d’achat des Haut-Rhinois, le Département affirme sa volonté de ne pas augmenter cette fiscalité. Conjuguée à une baisse historique des taux de l’emprunt immobilier, elle influe positivement sur le secteur de l’immobilier et de la construction.