Back to top

Ùf elsassisch

Le billet de Thierry Kranzer

thierry-kranzer
Président du FILAL
Né à Colmar en 1968, Thierry Kranzer a été attaché de presse à l’ONU à New York entre 2001 et 2017. En 2015, il a publié «Langues régionales au bord du gouffre?»

L’immersion en alsacien : Wàs ìsch dàs?

La création en 2021 d’une collectivité « européenne »  d’Alsace nous invite à imaginer une politique linguistique à la hauteur du qualificatif européen.  L’Alsace doit jouer la carte d’une nouvelle gouvernance linguistique basée sur l’immersion précoce en alsacien dès la crèche pour un bilinguisme inné en maternelle.
Il y a un lien entre bonne gouvernance et développement durable, qu’il s’agisse de gouvernance liée aux genres ou aux langues. Selon le Conseil économique et social de l’ONU, la réalisation, à l’échelle mondiale,  des objectifs de parité entre les genres générerait 28 000 milliards de dollars de croissance économique supplémentaire par an.  10 fois le PIB annuel de la France ! Des bénéfices tout aussi importants sont attendus pour une Alsace qui réaliserait la parité entre nos langues nationale et régionale.
Le fonds pour l’immersion en alsacien
(FILAL) souhaite être un aiguillon en initiant des crèches en alsacien pour permettre à des enfants de devenir germanophones même si leurs parents ne le sont pas.
Nous cherchons 1000 Alsaciens prêts à soutenir l’immersion en alsacien en crèche à hauteur de 10 euros par mois. Màche mìt.
Contact : elsasserditsch@gmail.com
site www.filalsace.net 

Was meinsch

Ebbis àn d grossa Glocka hanka

Ebbis àn d grossa Glocka hanka, littéralement pendre quelque chose à la grosse cloche, signifie, en fait, répandre une nouvelle aux quatre vents, trompetter consciemment des faits plutôt confidentiels, donner de l’importance ou gonfler des échos insignifiants.
D’où vient cette expression ? Les cloches rythment la vie quotidienne tant profane, en indiquant les heures, que sacrée, en annonçant l’angélus, d Battzitt, la messe, d Mass, les mariages,
d Hochzitta, les baptêmes, d Taifeta, les enterrements, d Begräbniss. On sonne le glas, Scheidzeicha,pour annoncer un décès. Jadis, le tocsin, d Sturmglocka, avertissait en cas de danger imminent, de catastrophe naturelle, orage, Gwìtter, ou grêle, Hàgel, incendie,
Brànd, voire invasion.
Donc du temps où internet et autres moyens de communication modernes n’existaient pas, les cloches de l’église ou du beffroi prévenaient la population quand quelque chose d’important avait ou allait avoir lieu. Elles permettaient aussi de prédire le temps. On pense aussi à la cloche que le garde champêtre, dr Bàmmert, faisait retentir pour informer ses concitoyens des décisions municipales et son fameux : As wìrd bekànnt gmàcht,il est porté à la connaissance de la population.

illustration

Proposez votre citation à la rédaction :

L’alsacien est riche en citations amusantes. Vous souhaitez en proposer une à faire décortiquer par notre «maître es alsacien» ? Elle fera peut-être l’objet du prochain «Was meinsch». Adressez-la à : communication@haut-rhin.fr