Back to top

TOUT SCHUSS ! André Speckbacher

Pour tous les amateurs de ski, de montagne, de bonne humeur et de convivialité, André Speckbacher est une légende vivante. Bref retour sur une vie de passion menée tambour battant.

A 72 ans, André Speckbacher attend sa retraite, qui probablement n’arrivera jamais, pour mettre un peu d’ordre dans la montagne d’archives qui occupe l’essentiel de son bureau au premier étage de son mythique magasin de sport d’hiver à Bitschwiller-lès-Thann. Pas loin de 2-3m3 d’albums photos, de coupures de presse, de témoignages d’amitié et de souvenirs divers. Et André de se saisir du premier album d’une pile brinquebalante. Dès les premières pages défilent toutes les grandes figures d’hier et d’aujourd’hui du ski mondial ainsi que d’innombrables photos de l’ami et complice Serge Lang. « Mulhousien d’origine, Serge était l’une des grandes plumes du journal l’Equipe. Il est mort à la veille de son 50e  Tour de France. Je lui ai servi de chauffeur pendant 16 grandes boucles. 220 étapes au total à ses côtés ! »

EN CHIFFRES

1945 Naissance à Thann

1957 Premiers skis (10 francs les lattes, 3 francs les chaussures)

1992 Derniers championnats du monde de ski sur herbe en Turquie

16 le nombre de Tours de France cycliste aux côtés de l’ami Serge Lang

MAIS IL N’Y A MÊME PAS DE WC AU MARKSTEIN !

Serge Lang a été le créateur de la coupe du monde de ski alpin dans les années 1960. « Ah, je me souviendrais toujours de cette réunion dans la vallée en 1982. Serge s’était mis en tête d’organiser une manche de coupe du monde au  Markstein. Mais enfin, lui lance un élu local, est-ce que vous réalisez qu’il n’y a même pas de WC au Markstein ! Alors j’en ai construit, moi, des toilettes et dès l’année suivante, le champion yougoslave Bojan Krizaj signait une superbe victoire au Markstein. 4 ans plus tard, rebelote, et là, c’est Ingemar Stenmark, celui qui aujourd’hui encore est considéré comme le plus grand slalomeur de tous les temps, qui l’emporte ». Et c’est ainsi que la planète ski, qui jusque-là ignorait qu’il y avait des montagnes et de la neige en Alsace, a découvert notre petite station vosgienne.

« PAS SI VITE, DÉDÉ »

Toute leur vie les parents Speckbacher auront eu à s’inquiéter pour leur rejeton dont les multiples passions -ski, saut à ski, ski sur herbe, rallye automobile…- avaient un seul et même objectif : la vitesse et la quête du grand frisson. « Mes  premiers skis, achetés en 1957 à l’âge de 12 ans, j’ai dû les cacher dans la grange sous le foin. Mes parents étaient trop inquiets des suites éventuelles d’une mauvaise fracture. » Mais les innombrables hématomes que Dédé ramena de ses  virées hivernales à mobylette sur les tremplins de saut à ski de la région, il ne pourra les cacher à personne. En 1969, André Speckbacher décide de faire de sa passion son métier. Parallèlement à son travail dans une usine de la vallée, il ouvre un magasin de matériel de ski. Mais pas avant d’avoir raccourci son patronyme de deux syllabes. Speckbacher devient Speck, un nom qui claque comme un virage bien négocié. La légende était en marche ! « Le soir après l’usine, je filais sur Grenoble me réapprovisionner en matériel, je revenais dans la nuit vers 4-5 heures du matin, juste à temps pour récupérer ma gamelle et filer à l’usine. A cette époque, André avait remisé ses skis de saut et s’était pris de passion  pour le ski sur herbe dont il contribuera à organiser d’innombrables championnats de France et coupes d’Europe. Compétitions, auxquelles il participera lui-même jusqu’à un âge avancé. « J’ai vécu trois championnats du monde au Japon, en Australie et en Turquie. Ce dernier fut mémorable même si j’ai terminé dans les profondeurs du classement. Car quelques secondes à peine après le départ, je loupe la première porte. Je remonte à pieds, reprendre le départ. Et là, le  speaker s’est mis à chauffer les 30 000 spectateurs, leur demandant d’encourager ce vieux coureur de 47 ans. Du délire ! »

J’ai eu droit à un accueil digne d’un pilote de F1 italien, vainqueur à Imola sur… Ferrari ».
Ah, Dédé, le goût de la vitesse jusque dans les métaphores !

IL FAUT SAVOIR DONNER POUR RECEVOIR

En un peu moins d’un demi-siècle, Speck-Sports est devenu un des premiers vendeurs de matériel de ski en France. Le jour de notre rencontre, 4 semi-remorques, de 35 tonnes chacun, étaient en cours de chargement à destination de Nice, d’Aix-en-Provence, de Paris et de Lyon. Un formidable succès qu’André doit à son génie commercial, mais pas uniquement. Son goût du partage y est pour beaucoup également. Depuis plus de 30 ans, Speck-Sports est un partenaire et sponsor d’épreuves mythiques telles la Pierra Menta, le Raid Blanc…et l’organisateur de manifestations comme l’Alsacienne des raquettes, une fête populaire qui, depuis plus de 15 ans, fait la fierté d’André. Du bonheur, que du bonheur, mais un petit regret tout de même : celui de voir la convivialité, le sens de la fête déserter à toute allure le monde du commerce et du sport. Diable, si André trouve que tout se met à aller trop vite, il est vraiment grand temps de nous inquiéter.