Back to top

Stop à la haine !

Stop à la haine !

Interview de Martine Dietrich et de Sabine Drexler

Martine Dietrich, conseillère départementale du canton de Colmar-1, Conseillère déléguée « Dialogue interreligieux »
Sabine Drexler, conseillère départementale du canton d’Altkirch, conseillère déléguée « Jeunesse, citoyenneté et engagement »

Sombre année 2018 !
+ 66% d’actes homophobes
+74% d’actes antisémites
Malgré le renforcement des droits et des politiques publiques, les actes xénophobes, antisémites, homophobes… persistent, gagnent malheureusement même du terrain. Soyons convaincus que c’est toute notre société dans son ensemble qui souffre et régresse lorsque les valeurs fondamentales autour desquelles elle s’est construite sont mises à mal. 

L’antisémitisme ainsi que d’autres terribles maux se font de plus en plus visibles. Le bilan 2018 de l’association SOS homophobie est, selon ses responsables, « noir », avec une hausse très sensible des actes homophobes après deux années de relative accalmie.
C’est une triste réalité en effet. Les chiffres révélés récemment par le Ministère de l’Intérieur sont affligeants, puisqu’ils constatent une augmentation de 74 % en 2018 du nombre de faits à caractère antisémite. Le nombre de profanations de cimetières israélites en Alsace a plus que contribué à cette triste réalité. « Le ventre de la bête immonde est toujours fécond » écrivait Brecht. C’est un combat d’endurance qu’il nous faut mener contre la haine et en faveur du souvenir, de la mémoire, de la tolérance et de la fraternité.

Le conseil départemental est à l’origine de multiples initiatives au cours de ces derniers mois à destination des collégiens pour le développement de la citoyenneté et le renforcement du dialogue interreligieux. Un engagement très volontaire et déterminé, presque un plan d’urgence !
Il ne faut pas laisser ouvertes les portes de la violence et ne rien céder quand l’essentiel est en jeu. Les jeunes sont notre futur, notre espoir pour un avenir de tolérance.
C’est pourquoi, il est urgent de mobiliser les collégiens contre les préjugés racistes, antisémites et toutes autres formes de discrimination. C’est donc en très étroit partenariat avec l’Education nationale que nous avons initié des échanges entre des collégiens et des responsables des cultes catholique, israélite, musulman et protestant. Le calendrier interreligieux paru en ce début d’année sur la thématique « Femmes d’exception » et pour la publication duquel nous avons apporté notre soutien, informe les jeunes sur les différentes fêtes religieuses qui rythment l’année civile et leur fournit des explications sur leur sens. Très récemment, notre collectivité a publié un carnet de la citoyenneté et du dialogue intercultu(r)el à destination des équipes pédagogiques des collèges. Cette « boîte à outils » propose différentes actions à co-construire avec les élèves parmi lesquels des visites de jardins interreligieux, la découverte des musiques des religions du monde, la visite d’une exposition interreligieuse, la venue d’un conteur…

Et il en est de même de la lutte contre l’homophobie !
A l’occasion de la journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie qui chaque année a lieu le 17 mai, le Département a souhaité affirmer son soutien aux personnes LGBT+ en organisant une rencontre entre collégiens de 3e et bénévoles de l’association SOS Homophobie. Il faut être extrêmement vigilant face aux manifestations de discrimination quelles qu’elles soient et notamment aux actes homophobes qui peuvent affecter gravement la construction personnelle et la réussite scolaire des jeunes. Les prévenir dans l’enceinte des établissements est une réelle nécessité pour assurer la sécurité des élèves -rappelons que le risque de tentative de suicide est 4 fois plus élevé chez les jeunes LGBT+ que dans le reste de la population- et garantir l’égalité des chances entre toutes et tous. Enfin, nous avons initié un appel à projets « Jeunes citoyens » afin de favoriser l’engagement des jeunes et de les impliquer dans des initiatives d’intérêt général en tant que bénévoles.

C’est un combat d’endurance qu’il nous faut mener contre la haine et en faveur de la fraternité.

L’éducation est-elle la clé de tout ?
Elle est en tout cas la seule alternative pour permettre aux jeunes de se construire une pensée autonome, d’échapper aux manipulations et à l’instrumentalisation. Mais long, selon les mots du philosophe Emmanuel Levinas, est l’apprentissage de la « difficile liberté ». La question de la tolérance et de l’acceptation de l’autre dans sa différence est grave et complexe. Toute l’histoire européenne montre que les poussées de racisme, d’antisémitisme, d’homophobie, de négation de l’autre dans sa différence, ont à chaque fois été les révélateurs d’un état social déstabilisé. La crise économique qui malheureusement perdure, la complexité croissante du monde et l’accélération constante du changement font qu’un certain nombre de nos concitoyens cherchent refuge et stabilité dans l’adhésion à des idées simples, parfois simplistes.
A un problème complexe, il ne peut y avoir de réponse unique. C’est pourquoi le conseil départemental veut apporter une solution globale, en étant présent au quotidien dans les multiples domaines de la vie de nos concitoyens. En faisant de la solidarité et de la réduction des inégalités un pan majeur de son action, en étant aux côtés des acteurs économiques et en soutenant leurs initiatives afin de consolider le dynamisme et l’attractivité économique de notre territoire. Mais également en s’investissant avec cœur et détermination dans la réussite éducative de nos jeunes. Ils sont notre avenir et il faut qu’ils sachent que la démocratie peut mourir de l’irruption de l’intolérance.

Plusieurs collégiens étaient présents lors du lancement de l’appel à projets «Jeunes citoyens» par le conseil départemental à la MJC de Bollwiller, dont l’objectif est d’ encourager les jeunes à devenir des citoyens actifs sur leur territoire de vie. A la clé des financements pour les fédérations ou les associations qui initient des projets qui encouragent l’engagement bénévole des jeunes.

Présentation aux élèves de 4ème du Collège Victor Hugo de Colmar du « Calendrier interreligieux de Colmar et environs »,  par des responsables des cultes catholique, israélite, musulman et protestant en présence de Brigitte Klinkert. D’autres actions d’ouverture et d’échange sont proposées aux collégiens dans le cadre du « carnet de la citoyenneté et du dialogue intercultu(r)el» (cf P. 9).

Vous avez un projet ?
« Le carnet de la citoyenneté et du dialogue intercultu(r)el » à destination des équipes pédagogiques des collèges est à votre disposition sur simple demande.
Philippe Ichter, chargé de mission « relations avec les cultes et dialogue interreligieux » au Cabinet de la Présidente, peut être joint par mail : ichter@haut-rhin.fr