Back to top

PRÉVENTION CANCER : BOUGER POUR LA SANTÉ

Gym dans la nature

« Mach e bessela langsam » - « fais doucement » « prends ton temps »… et si les bons vieux discours visant à se ménager n’étaient plus d’actualité ? Depuis quelques années, en effet, les spécialistes s’accordent pour dire que l’activité physique de chaque instant a des vertus préventives et curatives. Simple effet de mode ? ou scientifiquement prouvé ?
Dans le Haut-Rhin, en moyenne :
5 900 cancers par an,
4 cancers : prostate, sein, colon-rectum et utérus représentent

43% des cas.

Docteur Bruno Audhuy

Chef de service d’Oncologie-Hématologie des Hôpitaux Civils de Colmar de 1983 à 2013
Président de la Ligue contre le cancer du Haut-Rhin depuis 2005

Avoir une activité physique préviendrait de certaines pathologies. Info ou intox ?

Ce mouvement, apparu il y a une quinzaine d’années, accorde à l’activité physique une importance capitale dans notre vie quotidienne. Et l’organisation du corps médical s’en ressent : fini la semaine prolongée à l’hôpital après un accouchement ou une opération et un repos trop important après un traitement thérapeutique lourd. Il est essentiel de remettre en action l’ensemble du corps : la respiration, la circulation, la digestion, l’activité cérébrale, l’immunité, les articulations, l’activité sexuelle, tout cela est stimulé par l’activité physique. Il ne s’agit pas de compétition mais de simplement réintroduire le mouvement. L’objectif n’est pas de courir un marathon mais de marcher tous les jours, de préférer les escaliers à l’ascenseur, de bricoler, de jardiner et même  faire son ménage !
La sédentarité se définit comme une situation d’éveil de très faible dépense énergétique correspondant au maintien d’une position assise ou allongée. C’est aujourd’hui un des plus grands maux de la société. Cardiologues, pneumologues, pédiatres, cancérologues font tous le même constat : le lien entre la sédentarité et la maladie est bien réel ! Bouger, c’est prendre soin de soi et prévenir de certains cancers comme le cancer du côlon, du sein ou du poumon.
Autre élément très important à prendre en compte, l’alimentation ! Manger sainement, cuisiner des produits frais (et locaux !), diminuer le sucre, le sel, la friture, la viande rouge, la charcuterie réduisent également le risque de cancer.

Donc, bouger c’est prévenir mais aussi guérir ?

Lors du traitement d’un cancer, l’activité physique permet de mieux supporter les effets de la chimiothérapie ou de la radiothérapie. Elle diminue également l’anxiété, la dépression et les effets secondaires. Garder une activité physique, c’est réduire de 62 % la fatigue durant un traitement, c’est aussi diminuer le risque de rechute de 20 % à 50 % pour les cancers de la prostate, du sein, du colon-rectum et de l’utérus (endomètre). Aucun autre médicament ne peut prétendre à de tels résultats.
Le cancer isole, c’est un fait. Avoir une activité physique, c’est améliorer sa qualité de vie, son estime de soi, son sommeil, c’est aussi favoriser le lien social. La Maison de la Ligue et des Patients apporte des réponses à ces problématiques. C’est un lieu non médicalisé, hors des murs de l’hôpital qui favorise les échanges et la convivialité, en toute confidentialité. À la Ligue, depuis 10 ans, les efforts se concentrent donc non sur la maladie, mais sur la personne et ses proches. De nombreuses activités sont proposées : sophrologie, soutien psychologique, conseils diététiques, esthétiques, ateliers chorale, écriture et évidemment activité physique ! Venir à la Ligue, c’est bénéficier d’un accompagnement personnalisé adapté gratuit ; c’est aussi favoriser un meilleur retour à la « vie normale ».

À la Maison de la Ligue et des Patients, on apporte de la qualité à la vie

Dans le Haut-Rhin, on se bouge !

Conscient de ses vertus, le Conseil départemental du Haut-Rhin encourage la pratique du sport auprès des jeunes et notamment des jeunes filles, souvent, les plus éloignées de la pratique sportive. Et qui de mieux pour promouvoir l’activité physique que des sportives professionnelles ? Les volleyeuses de l’Asptt Mulhouse et les handballeuses de l’US Altkirch sont ainsi allées à la rencontre des collégiennes de 4e et 3e du collège Kennedy de Mulhouse et du collège d’Altkirch. Au-delà d’un entraînement avec des sportives de haut niveau, l’objectif a été de créer un échange à travers 3 ateliers pour évoquer les expériences vécues par les unes et les autres, l’intérêt et les bienfaits de pratiquer une activité sportive et de bien manger !

Pour plus d’informations :

Maison de la Ligue et des Patients, 11 rue Camille Schlumberger - 68000 Colmar
03 89 41 18 94 - www.liguecancer-cd68.fr
du lundi au vendredi de 9h à 17h