Back to top

Lars Herbillon

lars-herbillon

Lars Herbillon, Dr House

C’est au cours de l’été 2017, à tout juste 17 ans, que Lars Herbillon se lance dans le développement d’un projet de micro-habitats mobiles, écologiques et autonomes : les Tiny Houses.
En 4 dates :
1998 : naissance
2012 : construction de son premier logement collectif, le poulailler familial
2017 : création du collectif Tiny Houses
2018 : création de sa première autoentreprise

Il en rit encore Lars, trois années après les faits. De ce jour où, devant un parterre de banquiers réunis pour lui remettre un chèque de soutien pour le développement de son projet de microhabitats, il a pris la parole adressant à tous ses plus vifs remerciements, expliquant qu’avec ce coup de pouce il allait pouvoir concrétiser son initiative dont l’objectif était de permettre à tous ceux qui optaient pour une Tiny House de s’affranchir des banques en évitant de contracter un prêt immobilier sur 25 ou 30 ans. « Il fallait voir la tête de ces banquiers, mi-amusés, mi-médusés, qui réalisaient alors pleinement qu’ils venaient peut-être de fournir généreusement l’outillage nécessaire pour le tronçonnage de la branche sur laquelle reposait une part essentielle de leur activité !».

Il est libre Lars !

Ce qui frappe d’emblée chez Lars Herbillon, c’est l’extrême maturité du discours, la vision tout à la fois critique, cohérente et systémique avec laquelle il appréhende la complexité du monde. Nul doute que sa scolarité à l’école Mathias Grünewald de Logelbach où est appliquée la pédagogie Steiner-Waldorf y a contribué pour beaucoup. Cette école libre met en œuvre une pédagogie alternative axée sur l’expérience pratique, le travail manuel, les arts, l’implication individuelle et plus important que tout, la coopération et le souci des autres. L’environnement familial n’est pas étranger non plus au regard plein d’empathie que Lars porte sur le monde. Son père n’étant autre que Jean-Michel Herbillon, cofondateur en France des incroyables comestibles dont l’ambition toute simple est de rendre le
jardin d’Eden accessible à tous.

La sobriété heureuse

La première construction de Lars a été le poulailler familial. Il avait alors 14 ans. Très vite, naît chez lui l’envie de construire sa propre maison, une maison peu coûteuse, très peu énergivore qui lui éviterait de s’endetter et lui permettrait de vivre en totale autonomie. Dès lors tout s’emballe. Lars n’est qu’en classe de seconde lorsqu’il initie son projet de microhabitats. L’année d’après il cofonde le collectif Tiny Houses et il y a un an naît
« Auton’home », un micro-laboratoire pour le développement des projets qui tendent vers l’autonomie. Sa première micro-entreprise, Lars l’a créée alors qu’il n’est qu’en terminale. L’occasion de se faire confisquer son téléphone portable, restitué le jour même avec beaucoup de respect par la conseillère principale d’éducation lorsque celle-ci apprend que le jeune homme s’en était certes servi en cours mais qu’il ne faisait que répondre à la demande pressante d’un client !
Aucune nostalgie de la petite maison dans la prairie ou des cabanes d’enfance chez Lars. Et encore moins d’attitude doctrinaire ou sectaire. « J’ai toujours fait très attention à distinguer le factuel de la croyance. J’ai une démarche très critique, très scientifique. Je croise les informations, juge de leur pertinence avant de les valider. Je n’ai pas la prétention non plus de croire que les Tiny Houses vont constituer le mode de vie de demain. Tout le monde ne pourra pas s’en satisfaire. J’ai une conviction toutefois : l’autonomie, ce n’est pas le retour à l’âge de pierre. L’on peut faire mieux avec moins et vivre très heureux ».

Une Tiny House, c’est géant !

Chaleureuses, cosy, les Tiny Houses sont des concentrés d’ingéniosité pour pouvoir vivre dans un petit espace mais avec un maximum de confort. Faible coût de revient, toute petite facture d’énergie, les Tiny Houses, c’est vraiment géant. Si ces microhabitats sont nés aux Etats-Unis au moment de la crise financière de 2007-2008 et répondaient alors à des besoins de logements d’urgence, ils sont davantage destinés chez nous à des personnes ayant opté pour des modes de vie plus minimalistes.
« 20 m2 de Tiny, c’est bien mieux qu’un studio de 20 m2 au centre-ville. On choisit l’espace sur lequel on se pose. Je ne connais aucun étudiant qui refuserait d’y habiter ». Juger plutôt du niveau d’équipement de la Tiny de Lars : toilettes sèches, système de récupération et de purification des eaux de pluie, panneaux photovoltaïques… Sa prochaine réalisation, le jeune homme envisage même de l’équiper d’un mini méthaniseur pour la valorisation des déchets organiques et la production d’énergie, imagine de faire appel à l’aquaporine pour la production de légumes. Sa formidable créativité, Lars la partage avec tous ceux qui le désirent dans le cadre de chantiers participatifs. « Je dois tellement aux autres, aux innombrables rencontres et discussions qui m’ont permis de grandir et de m’ouvrir que je veux être dans le don et le partage à mon tour ». Chapeau bas jeune homme !
Lars et sa Tiny House seront présents lors des journées «ça turbine» du 30 septembre au 4 octobre

En savoir plus : contact@tiny-housing-project.fr et sur Youtube (Lars Herbillon)