Back to top

L’ALSACE, un portrait

L’ALSACE, un portrait

Le Parlement a redonné une identité institutionnelle à l’Alsace. Le 1er janvier 2021, la Collectivité européenne d’Alsace va voir le jour, née de la fusion des Départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin. Zoom sur les spécificités et les atouts du territoire.
Au premier janvier 2019, l’Alsace affichait une population de 1 884 150 habitants. Dans le quart nord-est de la France, ce sont les deux départements alsaciens qui enregistrent les progressions les plus notables, ce qui témoigne de l’attractivité et du dynamisme de notre territoire.

« A partir du moment où l’on s’engage vraiment, la providence se met en mouvement. Quoi que vous fassiez ou rêviez de faire, commencez-le. L’audace a son génie, son pouvoir, sa magie ». Ces mots sont de Goethe, un Européen avant l’heure, un homme des larges et vastes horizons. Or, plus que jamais, c’est de perspectives dont nous avons besoin. Depuis plus de deux millénaires, l’espace qui a donné naissance à l’Alsace n’a pas cessé de nous surprendre par son génie de l’ouverture, nouant très tôt de fortes relations avec les régions voisines, participant pleinement à l’âge d’or de la civilisation rhénane dont les traces sont toujours vivantes dans notre culture, dans la langue régionale, dans notre économie et l’organisation de notre espace. La renaissance de notre collectivité alsacienne en 2021 se fera dans le même esprit. Celui d’une identité forte, nourrie par la géographie, l’histoire, la langue, le goût rhénan du consensus, mais d’une identité ouverte, curieuse, accueillante. D’ailleurs, il nous faut intimement en être convaincu : la prospérité future de notre territoire est étroitement liée à notre capacité à imaginer et à construire un avenir qui dépasse les frontières. Afin de pouvoir participer et contribuer pleinement à ce formidable laboratoire du Rhin supérieur, où s’élaborent les organisations économiques, financières, culturelles, sociales et environnementales de demain. Bref, (et très partiel), inventaire des atouts de notre territoire.

Terre de découvertes, l’Alsace accueille chaque année 18 millions de touristes. Plus de 20 000 km de sentiers balisés et entretenus par le Club Vosgien ! Ni plus ni moins que le réseau de chemins de randonnées le plus dense du monde. Un chiffre qui, au-delà de son ampleur, dit beaucoup de l’Alsace, de sa vie associative foisonnante et de son environnement où il fait bon vivre.

Une terre de cocagne

« Quel beau jardin ! » se serait exclamé Louis XIV, découvrant l’Alsace depuis le Col de Saverne. Des cirques glaciaires des Hautes-Vosges aux prairies humides du Ried ; des combes du Jura alsacien aux doux vallonnements de l’Outre-Forêt, c’est la diversité qui à chaque pas est au rendez-vous, que l’on parcourt notre région du nord au sud ou d’est en ouest. Un pays où il fait bon vivre et bien goûter, en témoignent les 274 restaurants référencés dans le Guide Michelin, dont 31 étoilés. L’essentiel pourtant est invisible aux yeux. C’est que l’Alsace est riche de la plus indispensable et précieuse des ressources : l’eau. Sous nos pieds, la partie amont de la plus importante nappe phréatique d’Europe. 40 milliards de m3, pour la partie alsacienne uniquement, qui permettent de satisfaire 80 % des besoins en eau potable et 50 % des besoins industriels de notre région. Une formidable ressource qui prend naissance en Suisse, s’étend jusqu‘aux pieds de la Forêt Noire et au-delà, vers la Rhénanie Palatinat. Tout un symbole !

« L’Alsace reste très profondément l’Alsace, inassimilable à la Franche Comté ou à la Bourgogne voisine, ou même à la Lorraine. L’identité alsacienne, une des plus vives qui soit en France, discrète mais très sensible, est le fruit d’une histoire profondément originale, parfois lourdement tragique… ».
Armand Frémont in « Portrait de la France », Flammarion 2011.

Au cœur de la banane bleue

C’est l’artère vitale de l’économie occidentale, la colonne vertébrale de la banane bleue, cette dorsale européenne qui s’étend de Londres à Milan et où se concentrent les plus gros flux et productions de richesses. Le Rhin, notre territoire y est greffé grâce à ses ports fluviaux qui sont autant des portes d’entrée commerciales que des fenêtres ouvertes sur le monde. Les ports de Strasbourg, de Colmar-Neuf-Brisach, d’Ottmarsheim, de Huningue et de l’Ile Napoléon, et aujourd’hui le Rheinport Basel-Mulhouse-Weil, 2ème port fluvial d’Europe, ont joué un rôle moteur dans le développement économique de la région, décidant bon nombre d’entreprises à venir s’installer le long de la bande rhénane. Et leur avenir semble radieux. Car la voie d’eau apparaît chaque jour davantage comme une solution d’avenir, plébiscitée par les professionnels tant pour ses performances économiques qu’environnementales. 

Qui veut grandir doit s’ouvrir

Les portes des marchés du travail de nos voisins allemands et suisses se ferment chaque jour davantage pour les actifs Alsaciens. En cause, une moindre maîtrise de la langue allemande par les jeunes générations. L’augmentation du nombre de travailleurs frontaliers dans le sud du Haut-Rhin vers la Suisse ne doit pas faire illusion. Car pour la même période, le flux depuis le pays de Bade vers la région bâloise a littéralement explosé. Très clairement les employeurs suisses recrutent aujourd’hui bien davantage en Allemagne. Une réalité qui motive très fortement notre engagement au service de la promotion du bilinguisme et de l’apprentissage précoce de la langue de nos voisins. Certes pour favoriser la compétitivité des Alsaciens sur le marché du travail et ainsi contribuer à notre prospérité, mais aussi parce qu’une langue est une passerelle pour la connaissance plus intime de l’autre, un outil de partage, d’échange pour mieux créer et vivre ensemble.

Européen par nature

Pour l’Alsace, c’est une formidable porte ouverte sur le monde. Son statut et sa vocation en font le plus « international » des aéroports. Bien qu’étant entièrement situé en territoire français, l’aéroport de Bâle-Mulhouse qui prendra en 1987 le nom de EuroAirport Basel-Mulhouse-Freiburg est essentiellement destiné au trafic Suisse lors de sa création en 1946. Mais en 3-4 décennies seulement il réussira sa mutation, tirant remarquablement profit de sa situation exceptionnelle au cœur de l’Europe et de trois régions économiquement fortes. L’EuroAirport propose grâce à sa vingtaine de compagnies une centaine de vols réguliers. Au total, la plateforme et ses 8 millions de passagers génère quelque 27 000 emplois directs et indirects dont près des deux tiers en France et un chiffre d’affaires de 4 milliards d’euros.

Une région qui vous transporte
Deux aéroports internationaux, Strasbourg et l’EuroAirport, 300 kilomètres d’autoroutes et de routes nationales. Au cœur du réseau européen de lignes à grande vitesse, avec 4 gares TGV. Une connexion directe à la 1ère voie navigable commerciale d’Europe

Une terre industrieuse

- Première région de France en terme d’exportation par habitant.
- Seconde région industrielle de France, l’Alsace concentre le plus grand nombre de grandes industries et de PME dont plusieurs entreprises (PSA, Hager, Lilly France, Kuhn…) qui figurent dans le Top 100 des sites industriels français.
- Région qui compte le plus fort taux d’emplois industriels dont 43 % au sein de sociétés étrangères.

 

Des Universités d’excellence

L’Alsace compte environ 70 000 étudiants, répartis sur deux Universités : l’Université de Haute-Alsace (Colmar et Mulhouse) et l’Université de Strasbourg (UNISTRA). Cette dernière compte à elle seule plus de 65 000 étudiants, dont 16 % d’étudiants étrangers, ce qui en fait la plus grande Université française, mais surtout l’une des rares à figurer en très bonne place dans le classement annuel de Shanghai. Une place de choix que l’UNISTRA doit sans conteste à l’excellence de son enseignement, à sa forte connexion au monde de l’entreprise et aux quatre Prix Nobel dont elle peut s’enorgueillir. Un tableau flatteur que viennent compléter les 12 grandes écoles d’ingénieurs, d’architecture, de commerce, de management.

 

Un laboratoire pour le futur

L’Alsace a été la première région nucléaire de France. Demain elle ambitionne de devenir le premier territoire qui produira localement une énergie propre et renouvelable. Hydraulique, géothermie profonde, photovoltaïque, éolien, méthanisation, combustibles de récupération… nous disposons d’un formidable potentiel d’énergies renouvelables. 

L’Alsace en chiffres
1 884 150 habitants, dont 1 121 407 dans le Bas-Rhin et 762 743 dans le Haut-Rhin
8 280 km2 de superficie
Une densité de 227 hab/km2, soit près du double de la densité nationale (117 hab/km2)

 A la pointe de l’innovation

Avec ses 53 laboratoires de recherche (CNRS, INRA, INSERM…), l’Alsace est le 3ème pôle scientifique français et la deuxième région la plus attractive pour les chercheurs étrangers. L’une des toutes premières régions également dans le domaine de l’innovation et pour les demandes de brevets européens.