Back to top

France Bleu Elsass

France Bleu Elsass : jeune et sans frontière

A l’échelle du bassin rhénan, 4 millions d’auditeurs potentiels peuvent écouter chaque jour les 10 heures de programme de France Bleu Elsass.
Inaugurée en novembre dernier, la webradio France Bleu Elsass peut s’enorgueillir d’être la première webradio locale du réseau France Bleu. Elle est surtout la première radio rhénane de France. On la dit transfrontalière. Mais il conviendrait plutôt de dire à son sujet qu’elle est absolument sans frontière. Hervé de Haro, son heureux directeur, nous dit tout. 

Hervé de Haro

Directeur de France Bleu Alsace et de France Bleu Elsass.
D’origine méditerranéenne, Hervé de Haro, est également Président de la Commission radio de la Conférence Permanente de l’Audiovisuel Méditerranéen. Il ne parle pas l’alsacien mais les langues, toutes les langues, et particulièrement les langues régionales sont à ses yeux une richesse incommensurable. « La langue, dit-il, véhicule ce que l’on est. Si on l’abandonne, c’est une partie de soi-même que l’on abandonne. »

Qu’entendez-vous par radio transfrontalière ?
France Bleu Elsass diffuse à l’échelle du bassin rhénan, aussi bien du côté français que du côté allemand et, à terme vers la Suisse. Seulement, il n’est jamais question de frontière. Actualités, émissions aussi bien que météo sont celles d’un espace rhénan vécu comme un territoire unique. C’est la véritable transfrontalité : un millénaire de cohabitation sur un même territoire partageant la même langue à quelques variantes près et, fait notable à l’échelle du monde, plus d’un demi-siècle sans plus aucune guerre…  Tout est aujourd’hui réuni pour vivre ensemble et passer à la vitesse supérieure.

A propos de langue, quelle est celle de France Bleu Elsass ?
L’alsacien, l’allemand, le badois… toutes les langues du bassin rhénan s’interpénètrent, s’interconnectent. Et ça, c’est une chance absolument inouïe ! C’est ce que nous voulons prouver à ceux qui en douteraient encore. Si France Bleu Elsass s’exprime principalement en alsacien, elle est ouverte à toutes les langues du bassin rhénan. Notre objectif est d’extraire l’alsacien des sphères familiale et villageoise et de faire comprendre à nos auditeurs qu’il est moderne, utile et que son lien avec l’allemand est indéniable. Cela ne se fera pas du jour au lendemain, mais nous y croyons.

A quel public vous adressez-vous ?
Comme toute webradio qui se respecte, nous profitons de ce que peut nous offrir cette technologie pour nous adresser en particulier à la jeunesse. C’est elle qu’il faut convaincre ! Nous sommes à l’affût - appli, réseaux sociaux, etc - pour mettre en œuvre les outils que nos jeunes gens utilisent au quotidien. Y compris l’image ! Nous restons bien sûr une radio qui s’écoute, mais qui, en bonus, donne à voir. Pierre Nuss, par exemple, anime une émission itinérante de découverte du patrimoine rhénan et utilise skype pour nous donner à voir, les personnes qu’il rencontre, les marchés sur lesquels il se promène ou encore les recettes qu’on lui concocte. Nous accordons également une heure d’antenne aux étudiants de l’université de Strasbourg ; un projet est en cours avec ceux d’Offenburg. Nous nous donnons le droit de tester des formules, de partir à l’aventure et, si nécessaire, de faire marche arrière pour mieux rebondir. Nous sommes constamment en éveil.

Que peut-on souhaiter à France Bleu Elsass ?  
D’être toujours pleinement dans son rôle, c’est-à-dire donner à ses auditeurs des clés de décodage afin qu’ils puissent se faire leur propre avis sur le monde qui les entoure. Nous montrons ce qui existe, libre à eux de prendre… ou pas. La langue régionale fait partie de ce qui existe. Elle véhicule une histoire, une culture, une pensée, des valeurs… tout un patrimoine qu’il est important de connaître. C’est en se connaissant soi-même, en étant conscient de ses propres particularismes, que l’on est capable de respecter ceux des autres. La déculturation est un énorme navire que nous devons faire ralentir avant de pouvoir le faire revenir en arrière. C’est le défi auquel France Bleu Elsass souhaite
participer pleinement.

France Bleu Elsass veut remettre la langue régionale au goût du jour en utilisant les outils d’aujourd’hui.

Brigitte Klinkert, Présidente du Conseil départemental du Haut-Rhin et Sibyle Veil, Présidente de Radio France ont salué le lancement de France Bleu Elssas, 1ère webradio transfrontalière inaugurée 88 ans après son aïeule radio Strasbourg PTT et 100 ans après la fin de la Première Guerre mondiale… tout un symbole.

Pour plus d’informations : francebleuelsass.radio.fr