Back to top

Canton de Saint-Louis : L’Europe au cœur


Vue aérienne agglomération trinationale

Canton de Saint-Louis : L’Europe au cœur

Le nouveau canton de Saint-Louis reprend très exactement le périmètre de l’ancien canton de Huningue. Unique changement, le déplacement de son bureau centralisateur. Ce canton, le plus peuplé du département, est riche de 21 communes et de 53 216 habitants, il a fait sien le sage précepte d’Alphonse Allais qui préconisait de construire les villes à la campagne. Ici, un habitat et un tissu industriel d’une extrême densité cohabitent avec une nature et une campagne aux atouts préservés.
Lorsque Louis XIV se rend en Alsace en 1681 pour y inaugurer la forteresse de Huningue, un petit hameau composé d’une chapelle, d’un relais de poste et d’une ferme s’élève non loin de l’imposante citadelle. Trois années plus tard, le roi accorde au village naissant le droit de prendre pour nom Saint-Louis. Une situation de carrefour exceptionnelle et l’arrivée du train ont permis à Saint-Louis de devenir en moins de deux siècles une voie de passage essentielle. Aujourd’hui, grâce à un esprit d’initiative et d’entreprise unique, grâce aussi à la proximité de Bâle, une ville monde dont le rayonnement est sans commune mesure avec la modestie relative de sa population, le canton de Saint-Louis est devenu l’un des territoires alsaciens les plus innovants et les plus dynamiques.  Un territoire qui illustre les vertus de l’ouverture et des échanges transfrontaliers et dont l’EuroAirport, qui année après  année affiche une croissance à deux chiffres, est le plus beau symbole.
 

Ici, le Rhin a toujours davantage rassemblé les hommes  qu’il ne les a divisés.

Le génie de l’ouverture

Ce n’est pas faire offense à Saint-Louis et à son canton que d’affirmer que sans la proximité de Bâle et la puissance de son capital et de son industrie, sa prospérité et son dynamisme seraient bien moindres. C’est en faisant corps avec sa grande voisine que la cité ludovicienne est devenue, ni plus ni moins, l’unique véritable ville rhénane alsacienne. Avec la qualité première qui s’y rattache : le goût de l’altérité et le génie de l’ouverture. Ici, on ne prend pas la peine de parler de coin frontalier ou de coin des 3 Frontières, on parle tout simplement de l’agglomération trinationale de Bâle. Car de frontière, il n’y en a plus. Y en a t-il jamais eu d’ailleurs ? Pendant longtemps jusqu’à son admission dans la confédération, Bâle a fait corps politique avec l’Alsace. Et c’est ici que fut jeté le premier pont sur le Rhin ! Heine, Apollinaire, Victor Hugo en ont eu l’intuition. Le grand historien Lucien Febvre l’a confirmé : « le Rhin a historiquement davantage joué le rôle d’un trait d’union entre les peuples riverains que d’une frontière. »

Le Dreiländereck, monument au milieu du Rhin qui symbolise l’intersection des frontières entre l’Allemagne, la France et la Suisse
Le Dreiländereck, monument au milieu du Rhin qui symbolise l’intersection des frontières entre l’Allemagne, la France et la Suisse

«Culture, nature, potentiel humain, tout est réuni ici. C’est l’une des situations géographiques les plus intéressantes du monde.»
Paul Rhinow, ancien directeur de l’EuroAirport

Le chaînon manquant

Le canton où se concentrent les moyens de transport les plus performants -voie fluviale, autoroute, aéroport- a également fait le pari des déplacements doux. Chaînon manquant entre la passerelle des trois pays et la frontière suisse, la toute nouvelle piste cyclable qui court le long du Rhin permet de relier la Suisse, la France et l’Allemagne en moins de 2 km et constitue bien plus qu’un itinéraire de balade dominicale. Pour nombre de travailleurs frontaliers la voie verte sera le moyen de déplacement le plus rapide pour rejoindre le centre de Bâle ou le campus Novartis. 


La voie verte emprunte une passerelle en estacade de 182 mètres de long.

Il arrive !

5 ans après le démarrage des études préliminaires, la mise en service du tram 3 qui va relier Bâle à la gare de Saint-Louis est prévue pour cet automne. Au-delà de la signification symbolique forte de cette réalisation qui contribue à rapprocher davantage encore Saint-Louis de sa grande voisine, cette nouvelle ligne longue de 3,6 km dont 2,6 km sur le territoire français, doit contribuer à soulager le réseau routier du trafic individuel motorisé. Cette volonté forte de favoriser les transports publics va également se traduire par l’aménagement de la gare de Saint-Louis en un véritable pôle multimodal qui facilitera l’accès des usagers aux différents modes de transport alternatif à la voiture individuelle : tram, train TER, S-Bahn, bus Distribus, parking relais voitures, parking relais vélos.

Une oasis préservée

Roselières et prairies sèches à orchidées dont s’élève un parfum léger de vanille ; forêts alluviales et prairies humides ; résurgences phréatiques et anciens bras du Rhin ; eaux vives et eaux mortes… En Petite Camargue Alsacienne cohabitent les plus variés et les plus foisonnants milieux naturels. Véritable havre de paix et Eldorado pour la faune et la flore, cette réserve de 120 ha située sur les communes de Saint-Louis, Rosenau et Village-Neuf exerce sur tous ceux qui la visitent une réelle fascination. Dernier grand témoin des milieux naturels rhénans, sa valeur est rehaussée par la situation qu’il occupe au cœur de l’une des régions les plus urbanisées et industrialisées du bassin rhénan. La bande rhénane s’est par ailleurs récemment enrichie d’un nouveau biotope de choix avec la réhabilitation de l’Ile du Rhin à hauteur de Kembs. Plus de 100 ha, voués jusqu’il y a peu à l’agriculture, ont été renaturés par EDF.


150 espèces d’oiseaux, dont de rares espèces spécifiques aux milieux humides, peuvent être observées en Petite Camargue Alsacienne.

EURO3LYS, le projet phare en SUD ALSACE

Le canton de Saint-Louis n’est pas uniquement un vivier de main-d’œuvre pour l’industrie bâloise. C’est également un bassin d’emploi extrêmement dynamique qui accueille de très grands noms de l’industrie (ISL, Cryostar, Diehl-Metering, Weleda, Endress+Hauser…), tous leaders dans leur domaine d’activité. Et les projets de développement y foisonnent. Ainsi la création d’un nouveau quartier sur le site de l’ancien Technoport, une initiative portée par Saint-Louis Agglomération et le Conseil départemental du Haut-Rhin. La situation du projet dénommé Euro3lys au droit de l’EuroAirport est idéale et comprend à la fois la création de logements, l’accueil d’activités tertiaires et d’équipements publics ainsi que l’extension des réseaux de transport en commun. Plusieurs investisseurs ont affirmé leur intérêt pour ce projet dont Unibail Rodamco qui projette d’y implanter un vaste centre de commerces et de loisirs. Un investissement de 350 M€ qui devrait générer la création de près de 1 500 emplois. https://www.euro3lys.fr


Le périmètre d’implantation du nouveau quartier est matérialisé par les traits rose et orange

Un avenir commun

10 000 emplois ont été perdus dans le Haut-Rhin au cours de ces 10 dernières années du fait de l’affaiblissement de la pratique de l’allemand. Jamais pourtant l’espace trinational n’a été une réalité aussi partagée. L’Allemagne et la Suisse représentent plus de 50% de nos échanges économiques. Très engagé en faveur du bilinguisme, le conseil départemental veut donner à la jeunesse haut-rhinoise les moyens de partager, d’échanger, de créer et d’entreprendre avec nos voisins. Une ambition que partage le lycée Jean Mermoz de Saint-Louis qui, outre une filière Abibac, offre une formation unique : Azubibac Pro Commerce, une formidable passerelle pour découvrir le monde de l’entreprise et de la culture professionnelle outre-Rhin. 

Envisagé depuis plus de 30 ans, le raccordement ferroviaire de l’EuroAirport est aujourd’hui sur les rails. Il améliorera l’accessibilité de l’aéroport et renforcera sa compétitivité.

Européen par nature

Son statut et sa vocation en font le plus international des aéroports. Année après année, l’EuroAirport enregistre une croissance qui dépasse les prévisions les plus optimistes. En 2016, le trafic aérien a enregistré près de 8 millions de passagers, soit très exactement le double de ce qu’il a été 10 ans plus tôt. Une soixantaine de compagnies proposent entre 120 et 160 vols quotidiens pour une centaine de destinations. Peut être parce qu’il est le lieu de projection de nos rêves, de nos émotions et de nos désirs d’ailleurs, limitons-nous souvent le rôle d’un aéroport à son activité de transport de passagers. Or une plateforme aéroportuaire, c’est beaucoup plus que cela. Un aéroport joue un rôle économique majeur, et c’est le cas de l’EuroAirport tout particulièrement. Car son activité de fret, de fret express notamment, est bien plus importante que celle de ses pairs européens de taille équivalente. Au total, si la plateforme génère un peu plus de 6 000 emplois directs, il est à l’origine d’un « écosystème » industriel et tertiaire de 32 000 emplois et d’un chiffre d’affaires global de près de 4 milliards d’euros.

La maîtrise de l’allemand renforce considérablement l’employabilité des jeunes haut-rhinois.

LE CANTON DE SAINT-LOUIS EN CHIFFRES

21 communes
53 216 habitants
388 sa densité humaine au km2
110 le nombre de nationalités qui vivent ensemble dans le plus cosmopolite des cantons

Plus d’infos : 

alsace20.tv - canton de Saint-Louis