Back to top

Canton de Mulhouse 1, au cœur de l’histoire

De tous les cantons du département, c’est assurément le plus exclusivement urbain. Mais la ville y est formidablement riche, diverse et plurielle.  

Composé des quartiers du Brustlein, de Dornach, des Côteaux, du Haut Poirier, de la Fonderie et Daguerre, le canton de Mulhouse 1 est riche de 40 858 habitants. De la place de la Paix jusqu’à la Mer Rouge en passant par la cité du Brustlein et le quartier de Dornach, une commune autrefois indépendante et dont le rattachement à Mulhouse date de 1914, le canton de Mulhouse 1 porte en son cœur de larges pans de l’histoire mulhousienne. 

Outil d’animation économique, le Technopole Mulhouse a pour objectif de promouvoir et de soutenir le développement d’activités innovantes.

Ces quartiers - Dornach en tête, et dont les historiens ont pu dire que c’était le plus grand village du monde puisqu’il commençait à la Mer Rouge et se terminait en Sibérie, nom d’une cité ouvrière réalisée par DMC - sont la véritable mémoire vivante du riche passé industriel de celle qui fut appelée la « Manchester française ».

Des quartiers historiques qui cohabitent au sud avec le parc d’activité des Collines, les immeubles des Côteaux et la plaine de l’Ill et ses multiples équipements sportifs, les bâtiments de l’université de Haute-Alsace dont de nombreux laboratoires portent haut et loin l’excellence de la recherche haut-rhinoise.

 

Une université qui a du talent

La réputation d’excellence de l’Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Mulhouse (ENSCMu) est reconnue jusqu’en Chine. XIaourui YE (Université de Shanghai) va effectuer la totalité de son cursus à Mulhouse.

Installée sur 3 campus à Mulhouse (Illberg, Collines et Fonderie), l’Université de Haute-Alsace offre plus d’une centaine de formations et se caractérise par le nombre et la qualité de ses filières professionalisantes ainsi que par les relations étroites qu’elle entretient avec ses partenaires du monde socio-économique et universitaire, dans un cadre résolument transfrontalier. La chimie incontestablement occupe une place de choix au cœur de l’enseignement supérieur mulhousien. L’histoire en a décidé ainsi. Acteur majeur de la révolution industrielle du 18e siècle, Mulhouse a développé un modèle économique unique associant textile et chimie que trois conflits vont malheureusement totalement rendre exsangues et dont a largement profité Bâle qui doit beaucoup sinon tout aux savoirs mulhousiens, en matière de colorants notamment. Grâce à des hommes et à des femmes de grand talent, la chimie mulhousienne a su reconquérir sa place parmi l’élite de la recherche internationale. Pour preuve, le grand nombre de start-ups issu de ses chercheurs et de ses étudiants.

Bien vivre ensemble

«Vivre ensemble, malgré et avec nos différences» Laurence Fridlander, membre du Conseil citoyen

Le quartier des Côteaux est né en 1964 avec l’arrivée massive de main-d’œuvre suite au fort développement de quelques industries mulhousiennes et notamment de l’Usine Peugeot. L’idée était généreuse : rompre avec l’esprit du 19e siècle industriel qui fixait les ouvriers sur le lieu de travail. Les Côteaux, ni plus ni moins, devaient être une cité idéale. Mais avant même leur achèvement en 1975, une circulaire ministérielle interdisait la construction de grands ensembles en France. Aujourd’hui, après des opérations de réhabilitation parfaitement réussies, les Côteaux sont devenus un quartier comme les autres. Moins du fait  d’un urbanisme révolutionnaire que de la volonté d’hommes et de femmes qui ont décidé de faire société.  

Ce canton est la preuve que la richesse naît toujours de la diversité et que l'avenir doit toujours s'écrire en jetant un coup d' œil au passé.

Le grand bleu

Les habitants de l’agglomération mulhousienne ont la chance de disposer à leur robinet d’une eau de très grande qualité. Elle leur est livrée directement, sans traitement, depuis les puits de captage de Dornach. Plus de 40 000 m3 sont pompés chaque jour dans la nappe phréatique alimentée par la Doller pour satisfaire les besoins de l’agglomération. Pour préserver la qualité de sa ressource, la ville de Mulhouse s’est assurée de la maîtrise foncière de plus de 150 ha dans le bassin versant de la Doller et a passé des contrats avec les agriculteurs afin de limiter l’usage de fertilisants et de produits de traitement.

Numéro 1 et fier de l’être

Jean-Luc Barbier et Denis Muller. Ils coiffent toute la concurrence sur le fil.

C’est grâce aux meilleurs cotons « longue soie » d’Egypte et une gamme riche de plus de 500 coloris dotés d’une résistance exceptionnelle au lavage, au frottement, au soleil, que l’entreprise DMC a bâti sa réputation d’excellence. Une histoire de plus de 2 siècles qui a failli se terminer en 2008. Mais quelques années à peine après la reprise de l’entreprise, le cheval du logo de DMC redresse à nouveau fièrement la tête. Avec plus de 800 000 échevettes  (petites bobines de fil à broder) produites chaque jour à Mulhouse, DMC, avec ses appellations Mouliné, Perlé, Retors d’Alsace, Cébélia, Cordonnet… et ses coloris intemporels rouge 666, rouge 321… est devenue grâce à ses 40 000 points de vente la marque fétiche des brodeuses du monde entier.

Une ville à la campagne

Plus d’un siècle après son rattachement à Mulhouse, le cœur de Dornach fonctionne toujours comme un petit monde indépendant, une minuscule humanité. Dans ce quartier se lisent encore les témoignages d’une ruralité passée, s’observent des reliquats d’habitat ouvrier du 19e siècle. Une réalité qui contribue à expliquer le farouche sentiment d’appartenance à ce quartier chez les plus anciens qui, bien avant d’être mulhousiens, se « sentent de Dornach ». Alors que partout le mouvement associatif est en perte de vitesse et que le bénévolat s’essouffle, les associations de Dornach affichent une santé et un dynamisme époustouflants. Pour les historiens de l’épopée industrielle mulhousienne, cette forte cohésion sociale trouve son origine dans la tradition ouvrière et catholique du quartier, enclavé dans un environnement calviniste, libéral et individualiste.

A Dornach, les associations affichent une santé et un dynamisme époustouflants

A toute vapeur

Sans le rail, jamais Mulhouse ne serait devenue la « Manchester française ». C’est dans les années 1830 que quelques industriels mulhousiens visionnaires s’engagent à toute vapeur dans la grande aventure du chemin de fer. André Koechlin construira la fameuse locomotive Napoléon qui atteint une moyenne de 50 km/h sur la ligne Mulhouse-Thann. Son frère Nicolas rêve dès 1837 d’une ligne Bâle-Strasbourg d’une longueur de 140 km, soit le double de la longueur cumulée de toutes les voies qui existaient alors en France ! Une formidable success story haut-rhinoise que raconte avec passion la Cité du train.

Imaginons la ville de demain

Le nouveau quartier DMC va privilégier les modes de déplacement doux, les économies d’énergie, les toits végétalisés.

Construire l’avenir mais en valorisant le passé. C’est toute l’ambition de la ville de Mulhouse qui veut redonner à l’ancien quartier DMC son lustre d’antan. 75 ha au cœur de la ville pour imaginer et bâtir la ville de demain. Construire un quartier dont le projet sera de préserver les riches témoignages architecturaux de l’histoire industrielle mulhousienne, mais de les reconvertir pour y pérenniser des activités de production, pour y implanter des logements, des équipements publics, des espaces verts, des lieux dédiés aux créateurs et aux artistes… Un projet porté par la nécessité de lutter contre le changement climatique, d’économiser l’énergie et les ressources naturelles tout en assurant un cadre de vie agréable à ses habitants. Pour inscrire pleinement son projet dans l’espace du Rhin Supérieur et lui donner la dimension internationale qu’il mérite, la ville de Mulhouse a posé sa candidature à la prestigieuse démarche IBA Basel 2020. Ce concours trinational (Internationale BauAusstellung) se veut un outil de développement urbain performant, innovant mais surtout durable.

La reconversion du quartier DMC veut redonner à ces trois lettres connues dans le monde entier, leur lustre international.

Le canton de Mulhouse-1 en chiffres

  • 40 858 habitants
  • 6 000 le nombre d’étudiants inscrits dans les 4 facultés, les 2 IUT et les 2 écoles d’ingénieurs de Mulhouse
  • 35 à 50 000 m3 la quantité d’eau fournie quotidiennement aux Mulhousiens par les puits de Dornach
  • 12 le nombre de clubs de sport qui évoluent au plus haut niveau grâce aux équipements sportifs de l’Illberg

Sylvain Vernerey, directeur de la Cité du train. Plus de 60 000m2 d’exposition pour découvrir l’histoire du chemin de fer de 1844 à nos jours.

Plus d’infos : 2 rue Alfred de Glehn - www.citedutrain.com