Back to top

Canton de Masevaux

lac-dalfeld

Canton de Masevaux

Une fête verte et bleue

Le nouveau canton de Masevaux s’étend sur près de 50 km et réunit les vallées de la Doller et de la Largue. Deux entités fort dissemblables dans leur aspect mais qui ont en commun un atout majeur : un formidable cadre de vie !
Riche au moment de sa création de 62 communes (plus que 59 aujourd’hui suite à la fusion de 3 communes en 2016) et de 38 519 habitants, le nouveau canton de Masevaux est né de la fusion de communes des anciens cantons d’Altkirch (2 communes), de Cernay (3), de Dannemarie (30), de Ferrette (1), de Hirsingue (11), de Masevaux (14) et de Thann (1).

C’est incontestablement le canton le plus bleu, du fait de l’omniprésence de l’eau. Et donc, le plus vert aussi. Dès l’entrée de la vallée de la Doller, un panonceau l’annonce fièrement: « la Doller, vallée des sources ». Cette abondance est à l’origine de la constitution de la nappe phréatique dans laquelle l’agglomération mulhousienne puise la quasi-totalité de son eau potable d’une exceptionnelle qualité. Un bel exemple de solidarité ville-campagne ! Plus au sud, le nouveau canton de Masevaux s’étend jusqu’à la porte méridionale de l’Alsace. Et ici aussi, l’eau règne en maître. Vue du ciel, la vallée de la Largue ressemble à une mosaïque de taches étincelantes. Plus d’un tiers des étangs du Sundgau s’y concentrent. Bref, c’est un cadre de vie exceptionnel que ce territoire offre à ses habitants. Riche en esprit d’initiative de surcroît, dans le domaine agricole en particulier et dont le grand mérite est de renouer le lien entre producteurs et consommateurs.

altenach

 Au milieu coule une rivière

C’est assurément l’une des plus belles rivières d’Alsace, un cours d’eau fougueux dont les crues peuvent être redoutables. Si les inondations de la Largue submergent, parfois détruisent, elles remplissent également un rôle essentiel de recharge de nos nappes phréatiques. Une fonction qu’il nous faut absolument préserver pour assurer la pérennité de nos réserves en eau potable. Région historiquement tournée vers l’élevage de la carpe, la vallée de la Largue compte plus d’un millier d’étangs. La plupart sont anciens et présentent une forte valeur patrimoniale. D’autres plus récents sont souvent réalisés en remblais en plein champ d’inondation, aggravant du coup l’impact négatif des crues. Tel était le cas de l’étang communal de Seppois-le-Haut, dans la zone inondable du Grumbach, un petit affluent de la Largue, que la municipalité a décidé d’effacer afin de recréer une zone humide qui remplira à nouveau son rôle d’alimentation de la nappe phréatique et de protection des biens et des personnes situées à l’aval.

renaturation-seppois

Une renaturation réalisée par la commune de Seppois-le-Haut en collaboration avec le Smarl et l’agence de l’eau Rhin Meuse.

Comprendre pour mieux agir

Cela fait très exactement 20 ans en 2019 que la Maison de la Nature d’Altenach défend, à travers ses multiples actions et initiatives, une conviction profonde : l’éducation est le préalable au changement. Seule l’éducation peut nous donner les clefs pour agir, modifier notre façon de nous comporter les uns avec les autres, à l’égard de notre planète, et ainsi relever les grands défis qui nous attendent : le réchauffement climatique, l’érosion de la diversité… En cette année de grand anniversaire, la Maison de la Nature d’Altenach propose un riche programme d’activités pour petits et grands.

Retrouvez le riche programme d’activités et d’animations proposé par la Maison de la Nature d’Altenach sur www.maison-nature-sundgau.org

remy-with-fabienne-orlandi

Rémy With, Fabienne Orlandi

Conseillers départementaux du canton de Masevaux, respectivement 1er Vice-Président du Conseil départemental du Haut-Rhin et conseillère départementale, conseillère déléguée « Emploi » et maire de Kirchberg

Le canton « nature » par excellence
Si notre canton s’étend du Ballon d’Alsace à la frontière suisse, c’est sans doute pour mieux mettre en valeur la beauté de ses territoires aux espaces naturels préservés et la générosité d’âme et de cœur de ceux qui y vivent. Beauté et générosité sont les mots qui traduisent cette volonté d’harmonie naturelle et innée à ce territoire.
Le Sundgau authentique
Une extrême sensibilité au respect de la biodiversité mobilise les Sundgauviens au quotidien. D’où leur exemplarité reconnue en matière de tri des déchets, leur souci constant de préserver la qualité des eaux, en particulier par la culture du miscanthus, leur attachement profond aux verts pâturages et aux paisibles étangs dont ils retirent les carpes, véritable patrimoine gastronomique, et puis leur volonté farouche de partager cet engagement grâce aux actions pédagogiques de la Maison de la Nature d’Altenach.
La plus belle vallée du monde
C’est ainsi que l’on qualifie la vallée de la Doller. A juste titre, tant elle a su préserver son cachet à l’abri de ces montagnes qui offrent des paysages à couper le souffle et qu’on prend plaisir à parcourir du Pont d’Aspach jusqu’au Ballon d’Alsace, en passant par le lac d’Alfeld. L’agriculture de montagne y cohabite naturellement avec une activité économique toujours présente, dynamique et respectueuse de l’environnement. Ici chacun connaît la fragilité de ces équilibres et tient à les préserver, afin de rendre cette vallée encore plus belle et plus accueillante tout au long de l’année.
Elus de ce beau canton, nous sommes heureux d’en être les porte-paroles et fiers de servir ses habitants. 

Leur écrire : Rémy With, 100 avenue d’Alsace - BP 20351 - 68006 Colmar Cedex ou with.elu@haut-rhin.fr
Fabienne Orlandi, 100 avenue d’Alsace - BP 20351 - 68006 Colmar Cedex ou orlandi.elu@haut-rhin.fr

recolte_miscanthus

La récolte du miscanthus se fait à la sortie de l’hiver, lorsque la plante est totalement sèche.

Le bonheur est dans le pré

Activité agricole et préservation des milieux naturels peuvent aller de pair. Mieux, ils sont parfois indispensables l’un à l’autre. A Gommersdorf, le Gaec des rivières en est la preuve. Ici, 5 associés exploitent 250 ha de terrain dont 100 ha de prairie et élèvent 180 vaches laitières, 50 à 60 veaux de lait, de nombreuses génisses, en tout 400 animaux. Sans herbe, les 1 800 000 litres de lait produits annuellement par l’exploitation n’aurait pas ce goût unique. Sans animaux par contre, pas de débouché pour l’herbe des prairies du champ d’inondation de la Largue dont la préservation est pourtant essentielle pour limiter l’impact des crues de la rivière et contribuer à recharger nos aquifères en eau de qualité. Vente de viande et pains paysans à la ferme les vendredis soirs. gaecdesrivieres@orange.fr

Le cercle vertueux

A Ammertzwiller, on n’a pas de pétrole, mais on a des idées. Confrontée à l’augmentation inquiétante du taux de nitrates dans son captage d’eau potable, la commune décide de prendre le problème à bras le corps. Elus, agriculteurs, techniciens de la Chambre d’Agriculture… se mettent autour de la table et très rapidement il est décidé de planter du miscanthus sur les 30 ha du périmètre de protection immédiat. Cette plante offre tous les avantages. Non seulement sa culture ne nécessite aucune fertilisation ni produit phytosanitaire, mais elle offre tous les usages : paillage pour les jardins, litière pour les animaux et surtout combustible de qualité. La municipalité décide en conséquence de la réalisation d’une chaufferie qui, outre les bâtiments communaux, va également alimenter en énergie 70 logements. Pari gagnant. Chaque hectare de miscanthus produit l’équivalent de 7 500 litres de fioul, ce qui permet à l’exploitant de dégager un revenu identique à une culture céréalière, blé ou maïs. Mais surtout 10 ans après le début de l’opération, la teneur en nitrates du captage communal a été divisée par 2. Un succès tel que la construction d’une seconde chaufferie communale est en cours de réalisation à Bernwiller, commune avec laquelle Ammertzwiller ne fait depuis peu plus qu’une.

Cultivons l’humain

Bêcher, semer, biner, arroser et… récolter le sourire des clients lorsqu’ils viennent se fournir en bons légumes bio, goûteux et bons pour la santé. Quelle plus belle façon de se reconstruire lorsqu’on a connu la défaite ? A Sentheim, l’association « Les jardins d’Icare » en activité depuis 1997, est un chantier d’insertion par le maraîchage biologique rattaché au réseau national des Jardins de Cocagne. Son objectif est de donner du travail à des personnes cabossées par la vie et éloignées de l’emploi, par la production de légumes, la formation et l’accompagnement. Chaque année, l’association Icare accueille une centaine de personnes dont plus de 60 bénéficiaires du rSa, leur permettant de se reconstruire des ailes. Les légumes produits sont principalement proposés sous forme d’adhésion à un panier hebdomadaire livré sur une trentaine de points de dépôt.
Facebook : ICARE Paniers de légumes bio
icare.

Chez Icare, les personnes réfugiées ayant fui leur pays en guerre trouvent un lieu où elles viennent s’intégrer et se reconstruire.

De près on se comprend mieux !

Privilégier les circuits courts, l’achat direct chez le producteur, c’est non seulement contribuer activement à la vie de son territoire mais aussi très concrètement faire sa part en matière de préservation de la planète. Car la distance moyenne parcourue par un produit alimentaire entre son lieu de production et l’assiette se situe en moyenne entre 2 400 et 4 800 km ! Courez vous fournir en fraises, framboises, mûres, myrtilles… à la ferme Tritter de Guewenheim. C’est non seulement l’assurance d’avoir un produit goûteux mais aussi la satisfaction d’avoir fait un acte citoyen. Mieux encore, allez cueillir vos fruits vous-même, car l’exploitation propose toutes ses productions à la libre cueillette. L’effort consenti vous les fera trouver bien plus savoureux encore ! Scea Tritter, 37 rue principale à Guewenheim

ferme-tritter

Consommer localement, c’est éviter à nos aliments de parcourir entre 2 400 et 4 800 km avant de se retrouver dans nos assiettes.

Que la montagne est belle !

Au pied de la petite station du Schlumpf, broutent 28 vaches laitières de race vosgienne dont on devine sans peine qu’elles ne peuvent que donner un lait onctueux et parfumé. Voilà 2 ans que Valérie et Roger Trommenschlager, exploitants de la ferme Hohlschlag 2 à Dolleren, ont fait le choix de transformer l’intégralité de leur production de lait en yaourts et en fromages et de commercialiser eux-mêmes le fruit de leur travail. Pari réussi. Leurs yaourts sont délicieux et leur fromage
« cœur de massif », né il y a quelques années, à l’initiative d’un groupe d’éleveurs dont l’ambition était de créer un produit de terroir exclusivement élaboré à partir de lait de Vosgiennes, est un régal. Les produits de la ferme Hohlschlag 2 se trouvent entre autres «Aux champs de l’Ill» à Spechbach-le-Bas, au marché de Masevaux ainsi qu’au point de vente à la ferme. Privilégier les circuits courts, c’est rendre dignité aux producteurs qui peuvent vendre le fruit de leur travail à un prix décent, mais aussi aux consommateurs qui connaissent ainsi à nouveau le plaisir de consommer des biens alimentaires goûteux et typés qui ressemblent à leur territoire.

Ferme hohlschlag

Parce qu’on ne fait du bon qu’avec du très bon, la ferme de Valérie et Roger Trommenschlager est une adresse des plus sûres.

« Consommer est un acte citoyen. Par nos choix alimentaires nous décidons de l’avenir de nos territoires.»

La carpe en fête

C’est l’événement gastronomique du Sundgau, un rendez-vous incontournable pour saluer le retour du printemps. Depuis 15 ans, les Carpailles réunissent les restaurateurs de l’association Sundgau, route de la carpe frite qui tous rivalisent d’inventivité et de créativité pour proposer pendant deux semaines des menus originaux. Le poisson emblématique du Sundgau que la plupart connaissent sous forme de carpe frite est présenté en soufflé, en « fleischnacka », en tarte flambée et en bouchée à la reine. Les plus curieux pourront même goûter au popcorn de carpe ou au cake à la carpe et au curcuma. La liste des établissements participants, ainsi que leurs menus, sont disponibles sur le site : www.carpe-frite.fr 

Christophe et Brigitte Berger

Christophe et Brigitte Berger, créateurs de saveurs dans leur restaurant « Aux trois fleurs » à Montreux-Jeune.

Le canton de Masevaux en chiffres
59  communes
38 519 habitants
390,43 sa superficie en km2
99 sa densité humaine au km2