Back to top

Canton de Guebwiller : Il y fait bon vivre

canton de guebwiller
Guebwiller, vu depuis les terrasses du grand cru Kitterlé

Un canton qui s’étend du Grand Ballon aux premiers replats de la plaine en passant par le piémont viticole où «coule plus abondamment qu’ailleurs le sang de la treille». Né de la réunion des anciens cantons de Soultz et de Guebwiller, le nouveau canton de Guebwiller est riche de 18 communes et de 36 568 habitants.

Le  canton de Guebwiller s’étend du Grand Ballon, sommet des Vosges culminant à 1 424 mètres aux premiers replats de la plaine en passant par le piémont viticole. Que serait Guebwiller et sa vallée sans ses terrasses ? Sur les splendides coteaux qui surplombent le chef-lieu des dizaines de kilomètres de murs en pierres sèches soutiennent plus d’un millier de kilomètres de rangs de vignes. Un territoire riche de nombreux et prestigieux témoignages architecturaux, dont les Dominicains de Haute-Alsace, un lieu de création foisonnant. La courte vallée de la Lauch abrite une densité exceptionnelle d’œuvres romanes de grande envergure dont l’abbaye de Murbach et l’église de Lautenbach, immortalisée par Jean Egen. Pendant plus d’un siècle, Guebwiller et sa région ont accédé au rang de second pôle industriel du Haut-Rhin. Si « la Mulhouse des Vosges » et sa région ont connu depuis bien des difficultés suite à la crise du textile, leur esprit d’initiative, resté intact, a permis l’installation et le développement d’entreprises de très grand talent.

 

Abbaye de Murbach
L’abbaye de Murbach, chef-d’œuvre de l’art roman

Bien vieillir

Le vieillissement de la population est un vrai défi de société et un enjeu majeur pour nos territoires. Mais le vieillissement peut être une chance pour les territoires qui sauront mener une politique adaptée. L’ambition du canton de Guebwiller est de favoriser le bien-être et la qualité de vie des personnes vieillissantes, d’encourager la solidarité intergénérationnelle, bref de faire sa part en matière de cohésion sociale. De l’hébergement complet à l’hôpital de jour, du service de soins de suite et de réadaptation à l’unité Alzheimer, de l’accueil de jour aux structures d’hébergement temporaire si importantes pour offrir un répit aux aidants familiaux, les structures d’accueil pour personnes âgées du canton souhaitent répondre au mieux aux attentes et aux besoins de la population.

 

Personnes âgées
En matière de prise en charge des personnes âgées et handicapées
otre canton affiche l’une des offres d’hébergement les moins coûteuses.

Le canton ne compte pas moins de 5 grands crus dont le fameux Kitterlé aux pentes si abruptes qu’elles lui ont valu le surnom de « Brise-mollets ».
A cheval sur l’environnement

Créée en 1989, à l’initiative du conseil départemental, la Brigade Verte dont le siège est à Soultz est un corps de près de 70 gardes-champêtres répartis sur 11 postes à travers l’ensemble des territoires haut-rhinois. Elle est le garant de la préservation du patrimoine naturel à travers des missions de surveillance, de sécurité, de sensibilisation et des opérations spécifiques telles que la démoustication. 328 communes sont aujourd’hui membres de ce syndicat mixte. Un succès qui a inspiré de très nombreuses autres collectivités à travers la France.

Brigade Verte à cheval
Surveiller et verbaliser si nécessaire, mais surtout éduquer au respect de l’environnement

Les vertus de la pauvreté

La réputation des collines calcaires du canton doit autant à ses vignobles prestigieux qu’à sa flore exceptionnelle. Les landes sèches du Bollenberg, d’allure méditerranéenne, abritent en effet plusieurs espèces protégées aux floraisons absolument somptueuses. C’est l’anémone pulsatille qui ouvre le bal, suivie de plusieurs variétés d’orchidées dont l’orchidée à odeur de bouc, l’orchidée bouffon où l’orchidée homme pendu. C’est ici également que l’on peut observer le rare lézard vert. Ce remarquable reptile, qui vit habituellement dans le Sud de la France et qui atteint 40 cm, ne fréquente en effet que les milieux secs et chauds des collines calcaires sous-vosgiennes.

 

Lézard vert

L’art de la vigne

140 ha d’un seul tenant dont 70 ha classés en grand cru. 850 kilomètres de rangs de vignes qui s’étirent sur 5 terrasses principales soutenues par 50 kilomètres de murs en pierres sèches. Impossible d’en douter en portant son regard sur le formidable paysage viticole du domaine Schlumberger. Le plus beau monument que Rome nous ait légué est bel et bien le vignoble. Un magnifique patrimoine familial certes, mais plus encore un patrimoine commun à tous, que les Schlumberger s’évertuent à préserver. Que serait Guebwiller et sa vallée sans ses vignes et ses terrasses ? « Nos murets représentent l’équivalent, en volume de pierres de deux cathédrales de Strasbourg ». Plusieurs maçons sont employés au domaine pour les entretenir. Sans vigne, même le climat local ne serait pas le même. Ces coteaux constituent une véritable bouillotte. Ils accumulent la chaleur dans la journée et la restituent au cours de la nuit, évitant à la ville brouillard et humidité.

Séverine Schlumberger
« La reconstruction de ces murs représenterait de 5 à 10 000
années de travail pour un homme seul ». Séverine Schlumberger

 

C’est bon pour la santé et la planète !

Filiale du groupe belge ALPRO, leader européen du marché des boissons et aliments à base de soja, d’amandes, de noisettes…, l’entreprise Sojinal d’Issenheim est l’un des principaux employeurs du canton. Et elle le sera bien davantage encore demain lorsque la toute nouvelle usine ultramoderne en cours de construction sera opérationnelle. Prévu fin 2017, le démarrage de ces nouvelles lignes de production devrait permettre de tripler les capacités de production, actuellement de 90 000 tonnes. Une extension qui se traduira par de nombreuses créations d’emplois. De 96 salariés, l’effectif passera à 160 personnes, puis potentiellement à 250 avec la montée en charge de l’activité. Fortement engagée dans une démarche de développement durable, Sojinal a réduit sa consommation de gaz de 50 % et sa consommation d’électricité d’un tiers. La nouvelle usine en particulier sera un modèle d’économie et de récupération d’énergie.

Thierry Balezeau
Thierry Balezeau, directeur de l’usine Sojinal d’Issenheim. Au pays du vin, le soja est roi !

 

Un lieu de culture et de rencontre

C’est à la fois un bâtiment hors du temps et un lieu ultra-branché aux avant-postes de la création artistique. Un joyau de l’architecture rhénane qui possède l’un des plus beaux ensembles de peintures murales médiévales, longtemps recouvertes d’un badigeon et redécouvertes il y a un peu plus d’un demi-siècle. C’est en 1294, que l’abbaye de Murbach patronne l’installation d’une communauté dominicaine à Guebwiller. L’ordre Dominicains connaît alors un grand essor dans toute la vallée du Rhin, mais en 1791, la communauté est supprimée et un an plus tard le couvent est vendu comme bien national, échappant de peu à la destruction. Pendant une quarantaine d’années, il abritera une manufacture textile pour finalement être donné par l’industriel Jean-Jacques Bourcart à la ville qui en fera un hôpital. Depuis 25 ans, les Dominicains de Haute-Alsace sont la propriété du Département du Haut-Rhin qui en a fait un centre polymusical dont le rayonnement ne cesse de grandir.

De l’eau, de l’eau de là-haut

C’est un cas unique en Haute-Alsace, du moins pour une collectivité d’importance. Guebwiller en effet est la seule agglomération du département à prélever directement son eau potable en rivière, la Lauch en l’occurrence. Une ressource d’une qualité exceptionnelle, le bassin versant de la rivière étant vierge de toute activité industrielle ou agricole, mais qui malgré tout va subir une série de traitements afin de la débarrasser de ses éventuelles impuretés. Après floculation et filtration, c’est une eau d’une très grande douceur, sans nitrates ni moindres traces de pesticides, qui sera délivrée à près de 25 000 personnes. Aux habitants de Guebwiller ainsi qu’à ceux des 8 autres communes membres du syndicat intercommunal en eau potable. Ce mode d’approvisionnement en eau fait du lac de la Lauch (photo) et dans une moindre mesure de celui du Ballon des maillons indispensables du dispositif. En période estivale, alors que les débits de la Lauch sont faibles, ces deux retenues relâchent une partie de leurs eaux, contribuant du même coup à la préservation de la vie aquatique.

Le lac de la Lauch
Le lac de la Lauch (ci-dessus) et dans une moindre mesure celui
du Ballon contribuent à l’alimentation en eau potable de 25 000 personnes.

C’est une eau très douce, sans nitrates, et sans la moindre trace de pesticides qui est délivrée aux consommateurs.

Le canton de Guebwiller en chiffres

  • 18 communes
  • 36 568 habitants
  • 169,87 sa superficie en km2
  • 214 sa densité humaine au km2

 

 

Ciné-concert à la Nef des Dominicains
Ciné-concert sur transats et matelas dans la nef des Dominicains

 

 

Plus d’infos : tourisme-guebwiller.fr